Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Diarrhée

Qu'est-ce que la diarrhée ?

La diarrhée est une pathologie dans laquelle les selles se ramollissent ou se détrempent, et sont plus fréquentes. Une personne peut avoir des crampes ou perdre le contrôle de son transit intestinal. On parle généralement de diarrhée lorsqu'on dénombre plus de 3 expulsions de selles liquides par 24 heures.

La diarrhée est l'un des effets secondaires fréquents du cancer pédiatrique. Elle peut avoir différentes causes, notamment la chimiothérapie, les antibiotiques et les infections. Dans certains cas, la diarrhée peut entraîner de graves problèmes de santé, tels que la déshydratation, la malnutrition et les déséquilibres métaboliques.

La prise en charge de la diarrhée passe par des médicaments antidiarrhéiques et la modification du régime alimentaire. Il est également important de s'assurer que les patients ne se déshydratent pas en les faisant boire des liquides ou en leur administrant des liquides par voie intraveineuse. Si la diarrhée est causée par un virus ou une bactérie, il peut être nécessaire de traiter l'infection. Si la diarrhée est causée par la chimiothérapie, l'équipe de soins peut modifier le calendrier de traitement jusqu'à ce que les symptômes s'améliorent.

Causes de la diarrhée lors d'un cancer

  • Chimiothérapie
  • Une radiothérapie
  • Antibiotiques et autres médicaments
  • Infection
  • Greffe de moelle osseuse
  • Chirurgie
  • Stress et anxiété
  • Effets du cancer ou d'autres pathologies
 

Évaluation de la diarrhée dans le cancer pédiatrique

L'évaluation de la diarrhée prend en compte :

  • la fréquence des selles (nombre de défécations par jour) ;
  • l'aspect des selles (molles, liquides, aqueuses) ;
  • l'incontinence (incapacité à contrôler le passage des selles) ;
  • l'envie d'aller à la selle en pleine nuit ou pendant les activités du quotidien.

L'équipe de soins évaluera d'autres signes et symptômes tels que :

  • De la fièvre
  • Douleur et crampes
  • Faiblesse ou vertiges
  • Saignements rectaux ou présence de sang dans les selles
  • Nausées et vomissements
  • Poids et hydratation

Des analyses de sang sont effectuées en laboratoire pour vérifier la numération globulaire, le taux d'électrolytes et la fonction rénale.

Les selles peuvent être analysées afin de détecter la présence de virus ou de bactéries. Les sources courantes d'infection pouvant entraîner une diarrhée sont les suivantes : rotavirus, adénovirus, norovirus, Salmonella, Campylobacter, Shigella et Clostridioides difficile. La diarrhée due à une infection peut nécessiter un traitement différent.

L'équipe de soins évaluera également d'autres raisons possibles de diarrhée, telles que les médicaments, l'alimentation et les circonstances.

Moins souvent, l'évaluation de la diarrhée peut inclure des tests d'imagerie permettant de visualiser les organes du tractus gastro-intestinal.

La diarrhée et la constipation sont des problèmes courants pendant les traitements anticancéreux. L'équipe de soins peut demander aux familles de décrire l'aspect des selles à l'aide d'un tableau.

Problèmes de santé liés à la diarrhée

La diarrhée peut mettre en jeu le pronostic vital. Voici quelques-uns des problèmes de santé que la diarrhée peut entraîner :

  • Déshydratation
  • Malnutrition
  • Déséquilibres d'électrolytes
  • Insuffisance rénale

Dans certains cas, la chimiothérapie et d'autres traitements anticancéreux peuvent être reportés jusqu'à ce que les symptômes s'améliorent.

Causes de la diarrhée dans le cancer pédiatrique

Les nutriments et l'eau sont absorbés lorsque les aliments se déplacent dans le tube digestif. Les déchets sont évacués du corps sous forme de selles. Les intestins sécrètent des liquides digestifs et du mucus pour faciliter la décomposition et le déplacement des aliments. Des bactéries sont également présentes dans le tube digestif et contribuent elles aussi à la décomposition des aliments. Parfois, les selles deviennent trop aqueuses si les liquides ne sont pas absorbés ou si les sécrétions augmentent. Les médicaments peuvent également modifier l'équilibre des bactéries dans les intestins. Une augmentation du transit intestinal (motilité) peut également entraîner un passage plus rapide des selles. Toute modification ou tout déséquilibre dans un ou plusieurs de ces processus digestifs peut déclencher une diarrhée.

Voici quelques-uns des facteurs susceptibles d'entraîner une diarrhée pendant les traitements anticancéreux :

Diarrhée induite par la chimiothérapie

La diarrhée est l'un des effets secondaires fréquents de la chimiothérapie. On parle parfois de diarrhée induite par la chimiothérapie. La chimiothérapie peut provoquer des diarrhées de différentes manières. Elle peut endommager la membrane muqueuse qui tapisse les intestins. Certains médicaments peuvent également modifier l'équilibre hydrique des intestins. Le liquide peut ne pas être absorbé correctement, ou du liquide ou du mucus supplémentaire peut être sécrété. La chimiothérapie peut également interférer avec l'absorption des nutriments ou modifier le fonctionnement des enzymes digestives dans les intestins.

Pour les enfants atteints d'un cancer, les médicaments anticancéreux qui provoquent souvent des diarrhées incluent l'irinotécan, le docétaxel, le fluorouracile, le dasatinib, l'imatinib, le pazopanib, le sorafénib et le sunitinib.

Quels médicaments anticancéreux provoquent la diarrhée ?

Médicaments anticancéreux présentant un risque élevé de diarrhée Médicaments anticancéreux présentant un risque modéré de diarrhée
Busulfan Cyclophosphamide
Capécitabine Daunorubicine
Dasatinib Étoposide
Docétaxel Interféron
Fluorouracile (5-FU) Melphalan
Idarubicine Le méthotrexate
Imatinib Nivolumab
Irinotécan Paclitaxel
Mycophénolate Topotécan
Pazopanib Vincristine
Sorafénib  
Sunitinib  

À l'intérieur du corps, la plupart des zones et organes sont tapissés d'un revêtement spécial appelé « membrane muqueuse ». Les cellules à croissance rapide qui composent la membrane muqueuse sont souvent endommagées par la chimiothérapie. Cela peut entraîner une pathologie appelée la mucite. La mucite peut se développer n'importe où le long du tube digestif, y compris dans la bouche, l'œsophage, l'estomac et les intestins.

En savoir plus sur la mucite orale chez les enfants atteints d'un cancer.

La diarrhée peut être l'un des effets secondaires d'autres médicaments courants utilisés chez les patients atteints d'un cancer pédiatrique. Elle peut survenir pour différentes raisons. Certains médicaments provoquent un déséquilibre entre les « bonnes » et les « mauvaises » bactéries au niveau de l'estomac et des intestins. D'autres médicaments peuvent affecter la décomposition des aliments, ou la quantité de liquide absorbée ou produite.

Les médicaments susceptibles de provoquer des diarrhées sont les antibiotiques tels que l'ampicilline, l'amoxicilline, l'amoxicilline/acide clavulanique, le céfixime, le cefpodoxime, la clindamycine et l'érythromycine. Les laxatifs émollients, les laxatifs, les antiacides à base de magnésium, le chlorure de potassium et les inhibiteurs de la pompe à protons peuvent également provoquer des diarrhées.

Radiothérapie et diarrhée

La radiothérapie abdominale, dorsale ou pelvienne peut provoquer des diarrhées. Le rayonnement déclenche la mort des cellules à croissance rapide, comme les cellules qui tapissent les intestins. C'est ce qu'on appelle l'entérite radique. Nausées, vomissements, crampes, fatigue et diarrhée font partie de ses symptômes. Les selles peuvent être aqueuses, ou contenir du sang ou du mucus. L'entérite radique s'améliore généralement 2 à 3 semaines après l'arrêt du traitement, mais les symptômes peuvent perdurer 12 semaines ou plus. Certains patients peuvent souffrir de diarrhée plus longtemps ou avoir des problèmes de diarrhée ultérieurement.

Les facteurs qui augmentent le risque de diarrhée avec la radiothérapie incluent :

  • une radiothérapie plus fréquente et à des doses plus fortes ;
  • une zone de traitement plus étendue qui englobe les intestins ;
  • une radiothérapie couplée à une chimiothérapie.

Le traitement de la diarrhée induite par la radiothérapie implique l'utilisation de médicaments tels que le lopéramide et l'octréotide.

Autres causes de diarrhée

  1. Qu'est-ce que C. Diff. ? Clostridioides difficile (Clostridium difficile, C. difficile ou C. diff) est un type de bactéries pouvant provoquer des diarrhées sévères. L'infection à C. diff est généralement un effet secondaire des antibiotiques. Les antibiotiques peuvent altérer l'équilibre des « bonnes » et des « mauvaises » bactéries dans les intestins. Lorsque les bactéries C. diff se multiplient, des toxines néfastes pour le revêtement des intestins sont libérées. Les symptômes d'une infection à C. diff incluent une diarrhée aqueuse, de la fièvre, des nausées, une perte d'appétit et des douleurs abdominales. Des tests de selles sont pratiqués pour diagnostiquer l'infection. Les traitements incluent l'arrêt de l'antibiotique associé à l'infection et l'utilisation d'un antibiotique tel que la vancomycine ou le métronidazole pour traiter l'infection.

    Comment éviter une infection à C. diff ? La bactérie C. diff peut être transmise par contact. Veillez à bien vous laver les mains et à nettoyer les surfaces afin d'éviter toute transmission de la bactérie C. diff. Les patients longuement hospitalisés, dont les systèmes immunitaires sont faibles ou qui ont déjà été contaminés par la bactérie C. diff par le passé présentent un risque élevé d'infection.

    Quelles sont les précautions à prendre lors des contacts ? Les patients hospitalisés pour une infection à C. diff doivent prendre des précautions lors de tout contact. Tous les visiteurs (famille, membres de l'équipe de soins et invités) doivent se laver les mains en entrant et en quittant la chambre, et les membres de l'équipe de soins doivent porter une blouse et des gants lorsqu'ils pénètrent dans la chambre. Cela permet d'éviter la propagation de l'infection à d'autres patients.

  2. La diarrhée est un symptôme souvent observé chez les patients atteints d'une maladie du greffon contre l'hôte (GVH). La GVH est une complication qui se produit parfois après une greffe allogénique de cellules souches (greffe de cellules hématopoïétiques). La réaction immunitaire du corps après la transplantation peut affecter le tractus gastro-intestinal (GI). Les symptômes incluent souvent des diarrhées et des douleurs abdominales. Les selles peuvent être aqueuses et de couleur verte, et contenir du sang, du mucus ou des tissus. Le traitement de la diarrhée associée à la GVH inclut l'utilisation de corticostéroïdes, comme le budésonide ou la béclométhasone, conçus pour fonctionner uniquement dans le tractus gastro-intestinal.

Prise en charge de la diarrhée chez les patients atteints d'un cancer pédiatrique

La diarrhée peut entraîner de graves problèmes de santé, en particulier lors d'un cancer. Il est important que les familles travaillent en étroite collaboration avec l'équipe de soins pour s'assurer que les symptômes des enfants sont pris en charge. La prise en charge de la diarrhée passe par des médicaments antidiarrhéiques et des changements de régime alimentaire. Une consommation de liquide adéquate est nécessaire pour éviter la déshydratation. Si la diarrhée est sévère ou si le patient ne peut pas boire suffisamment de liquides, des liquides peuvent lui être administrés par voie intraveineuse.

Médicaments antidiarrhéiques

Des médicaments contre la diarrhée sont prescrits en fonction de la sévérité de la diarrhée, et de la cause suspectée ou connue. Les médicaments possibles pour traiter la diarrhée chez les enfants atteints d'un cancer incluent le lopéramide (Imodium®) et les antibiotiques. Dans certains cas particuliers, l'atropine et l'octréotide peuvent être utilisés pour traiter certains types de diarrhées.

Des probiotiques peuvent être recommandés dans certains cas. Toutefois, les patients atteints d'un cancer pédiatrique ne doivent utiliser des compléments probiotiques que sous la surveillance d'un médecin.

Le traitement de la diarrhée est basé sur les besoins individuels du patient et l'équipe de soins décidera de la meilleure approche pour chaque patient.

Quel régime alimentaire adopter en cas de diarrhée ?

Pour enrayer la diarrhée, l'équipe de soins peut suggérer de changer le régime alimentaire, notamment en préparant des portions plus petites, des aliments mous et des liquides sans caféine. Le régime BRAT (pour « Bananas, Rice, Applesauce et Toast »), composé de bananes, riz, compote et pain grillé, est parfois recommandé pour les patients souffrant de diarrhée. Toutefois, ce régime alimentaire contient peu de nutriments importants, il ne doit donc être suivi que pendant quelques jours ou selon les recommandations de l'équipe de soins. Les autres aliments recommandés sont les flocons d'avoine, les céréales à faible teneur en sucre, les biscuits salés, les pâtes sans sauce, et les fruits mous et pelés comme les pêches ou les poires. Les soupes à base de bouillon avec des légumes cuits et des viandes maigres peuvent être un bon moyen de redémarrer les aliments solides et d'augmenter l'apport en liquide.

Certains aliments peuvent aggraver la diarrhée. Il s'agit notamment des aliments épicés ou gras, du lait et des produits laitiers, des fruits et légumes crus, des fruits secs, de certains jus de fruits, d'aliments riches en matières grasses ou en sucre et de la caféine.

En cas de diarrhée due à la GVH, un régime alimentaire spécial, plus limité, peut être prescrit.

Quelques conseils nutritionnels en cas de diarrhée :

  • Boire beaucoup de liquides pour éviter la déshydratation. Choisir des boissons sans eau ou sans caféine et à faible teneur en sucre telles que le Pedialyte® et les boissons pour sportifs à faible teneur en sucre.
  • Manger de petites portions, lentement et en prenant le temps de bien mâcher.
  • Choisir des aliments doux qui n'irritent pas l'estomac.
  • Éviter l'alcool et la caféine.
  • Limiter les aliments à forte teneur en fibres insolubles, comme les fruits et les légumes entiers, non épluchés ou non épépinés. Les fibres solubles présentes dans les flocons d'avoine, les compotes, les bananes et certains compléments en fibres peuvent aider à raffermir les selles.
  • Éviter les aliments susceptibles de causer des flatulences et des crampes. Il s'agit notamment des haricots, des brocolis, du chou-fleur, du chou et des boissons gazeuses.
  • Opter pour des aliments riches en potassium, tels que bananes, les pommes de terre, les abricots et les pêches.

À MANGER

  • Bananes
  • Riz
  • Compote
  • Pain blanc grillé
  • Flocons d'avoine
  • Crème de riz ou de blé
  • Pâtes
  • Purée de pommes de terre
  • Biscuits salés
  • Bretzels
  • Fruits épluchés
  • Légumes cuits et épluchés
  • Œufs cuits
  • Yaourt à faible teneur en sucre
  • Glace ou sorbet
  • Gelée aromatisée aux fruits

À ÉVITER

  • Aliments gras ou frits
  • Aliments épicés
  • Caféine
  • Produits laitiers (en particulier en cas d'intolérance au lactose)
  • Fruits et légumes crus non épluchés
  • Popcorn
  • Fruits à coque et graines
  • Son
  • Céréales complètes
  • Alcool

Découvrez d'autres conseils nutritionnels pour la prise en charge des effets secondaires.

Diarrhée chez les enfants atteints d'un cancer : conseils à l'attention des familles

  • La diarrhée peut être grave. Surveillez et discutez des symptômes avec votre équipe de soins. Observez les signes de déshydratation, tels que la soif, la sécheresse buccale, les maux de tête, les vertiges, les crampes musculaires, le manque d'attention, l'irritabilité et le manque d'énergie.
  • Informez votre enfant des risques de diarrhée et des autres effets secondaires. Encouragez les discussions ouvertes et honnêtes, notamment avec les enfants plus âgés et les adolescents qui peuvent être gênés de parler de leurs passages aux toilettes ou qui veulent se débrouiller seuls.
  • Encouragez le repos pour ralentir le fonctionnement des intestins. Si votre enfant est anxieux ou effrayé, essayez différentes méthodes de gestion de l'anxiété. L'activité physique et le stress peuvent stimuler le transit intestinal.
  • Les selles fréquentes peuvent irriter la peau. Veillez à nettoyer soigneusement et délicatement la zone, et à la garder sèche. Utilisez une crème protectrice ou une pommade sur les recommandations de l'équipe de soins. La dermite du siège (érythème fessier) peut se produire à n'importe quel âge, ce qui provoque une gêne et augmente le risque d'infection. Les enfants plus âgés et les adolescents souffrant de douleurs peuvent également ne pas s'essuyer correctement après être allés à la selle, ce qui peut aggraver les problèmes de peau. Pour les enfants atteints d'un cancer dont le système immunitaire est faible, ces lésions cutanées peuvent entraîner des infections graves. Surveillez les changements au niveau de la peau et discutez des soins de la peau avec votre médecin.
  • Emportez des vêtements de rechange et des sacs en plastique pour les articles sales. Gardez des gants jetables, des lingettes nettoyantes et du désinfectant pour les mains à portée de main pour le nettoyage. Un désodorisant peut contribuer à réduire les odeurs.
  • Des sous-vêtements et des protections peuvent être nécessaires en cas d'accidents ou d'incontinence. Des produits existent en taille enfant et adulte, notamment des protections pour les sous-vêtements et des couches-culottes. Parlez-en avec l'équipe de soins de votre hôpital ou de votre établissement de santé. Les produits peuvent également être commandés en ligne auprès d'entreprises telles que NorthShore Care Supply.
  • Parlez avec votre enfant de l'utilisation des toilettes à l'école et dans les lieux publics. Assurez-vous que les enseignants autorisent l'utilisation des toilettes à tout moment. Trouvez un mot de code ou un signal à utiliser lorsque votre enfant souhaite aller aux toilettes immédiatement, mais qu'il est trop embarrassé pour le dire.

Plus de ressources sur la diarrhée chez les enfants atteints d'un cancer


Together
ne soutient aucun des produits de marque mentionnés dans cet article.


Révision : mars 2019