Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Effets cardiaques tardifs

La plupart des survivants d'un cancer pédiatrique ne souffrent pas de problèmes cardiaques suite à leur traitement. Cependant, certains traitements pour les cancers pédiatriques peuvent entraîner une cardiopathie plus tard au cours de la vie.

Les effets cardiaques tardifs pouvant apparaître chez les survivants d'un cancer pédiatrique sont dus à certains traitements. Les anthracyclines et la radiothérapie thoracique peuvent entraîner une cardiopathie chez certains survivants d'un cancer pédiatrique. Sur cette photo, un médecin écoute le cœur d'une survivante d'un cancer pédiatrique lors d'un bilan de santé.

Les effets cardiaques tardifs pouvant apparaître chez les survivants d'un cancer pédiatrique sont dus à certains traitements.

Fonctionnement du cœur

Le cœur est un organe musculaire dont le rôle est de pomper le sang qu'il fait circuler dans les différents organes du corps. Le cœur se trouve au centre du système circulatoire qui se compose d'un réseau de vaisseaux sanguins comprenant les artères, les veines et les capillaires.

Un système électrique contrôle le cœur et utilise des signaux électriques pour en contracter les parois. Lorsqu'elles se contractent, le cœur pompe le sang. Les valvules d'entrée et de sortie au niveau des cavités cardiaques permettent au sang de circuler dans le bon sens.

Un cœur en bonne santé fournit au corps la quantité de sang adéquate à la fréquence nécessaire pour fonctionner correctement. Si une maladie ou une blessure affaiblit le cœur, la quantité de sang fournie aux organes ne sera pas suffisante pour en assurer le bon fonctionnement.

Illustration représentant l'anatomie du cœur, en rouge et bleu, avec des libellés pour l'aorte, la veine cave supérieure, l'oreillette droite, la valve tricuspide, la valve pulmonaire, le ventricule droit, le septum, le ventricule gauche, la valve aortique, la valve mitrale, l'oreillette gauche, la veine pulmonaire et l'artère pulmonaire.

Le cœur est un organe musculaire dont le rôle est de pomper le sang qu'il fait circuler dans les différents organes du corps. Le cœur se trouve au centre du système circulatoire qui se compose d'un réseau de vaisseaux sanguins comprenant les artères, les veines et les capillaires.

Traitements anticancéreux pouvant causer des problèmes cardiaques

Les traitements incluant des anthracyclines et de la radiothérapie thoracique peuvent entraîner une cardiopathie chez les survivants d'un cancer pédiatrique. Près de 60 % des survivants à un cancer pédiatrique ont été exposés à une chimiothérapie à base d'anthracycline, à une radiothérapie thoracique ou aux deux.

Anthracyclines

Les anthracyclines incluent :

Le risque de développer une insuffisance cardiaque congestive augmente avec la quantité de médicament administrée (dosage) :

Dosage de l'anthracycline (dose cumulée)
Risque accru d'insuffisance cardiaque congestive
Moins de 250 mg/m²
Moins de 5 %
Entre 250 mg/m² et 600 mg/m²
Environ 10 %
Plus de 600 mg/m²
30 %

Radiothérapie thoracique

Lorsque la zone à traiter par radiothérapie se situe au niveau du cœur, le risque de développer certains problèmes cardiaques est accru.

Le risque augmente en fonction de la dose de radiothérapie délivrée au niveau du thorax (dosage).

Dose de radiothérapie
Risque
35 Gy ou plus
Élevé
15 Gy-<35 Gy
Modéré
<15 Gy
Faible

Anthracyclines et radiothérapie thoracique

Les survivants les plus à risque sont ceux ayant reçu à la fois des anthracyclines et une radiothérapie thoracique.

Autres facteurs de risque

Dans certaines familles, tous les membres souffrent d'une même cardiopathie.

Les femmes ménopausées présentent un risque accru.

D'autres problèmes de santé peuvent augmenter le risque de cardiopathies :

  • Obésité
  • Hypertension
  • Taux élevés de cholestérol ou de triglycérides dans le sang
  • Diabète

Certains traitements anticancéreux peuvent augmenter le risque que les survivants développent ces problèmes.

Problèmes cardiaques susceptibles de survenir

  • Affaiblissement du muscle cardiaque (cardiomyopathie)
  • Coronaropathie
  • AVC
  • Rythmes cardiaques anormaux (arythmie)
  • Problèmes liés aux valves cardiaques (sténose valvulaire ou insuffisance cardiaque)
  • Problèmes au niveau de la membrane entourant le cœur (péricardite ou fibrose péricardique)

La cardiomyopathie peut progresser au fil du temps et entraîner une insuffisance cardiaque. D'autres pathologies cardiaques peuvent également entraîner une insuffisance cardiaque. Cette pathologie signifie que le cœur ne peut pas pomper suffisamment de sang pour répondre aux besoins du corps.

Signes et symptômes

  • Au début, les survivants ne présentent pas forcément de symptômes, mais cela n'empêche pas le développement d'une cardiopathie. Les tests cardiaques tels qu'un échocardiogramme (écho) sont les seuls moyens de détecter une cardiopathie à ce stade.
Des tests cardiaques tels qu'un échocardiogramme (écho) peuvent être réalisés pour détecter des signes précoces de cardiopathie. Sur cette photo, un prestataire de soins réalise une écho sur un jeune survivant à un cancer pédiatrique.

Des tests cardiaques tels qu'un échocardiogramme (écho) peuvent être réalisés pour détecter des signes précoces de cardiopathie.

  • Au fur et à mesure que la cardiopathie progresse, les symptômes suivants peuvent apparaître :
    • Essoufflement
    • Vertiges
    • Étourdissement
    • Évanouissement
    • Fatigue intense
    • Douleur thoracique, transpiration, nausées ou essoufflement avec douleur thoracique
    • Pieds et chevilles gonflés
    • Toux et respiration sifflante persistantes
    • Tachycardie ou palpitations
    • Battements de cœur irréguliers

Calculateur de risque cardiovasculaire

Ce que les survivants peuvent faire

Les survivants d'un cancer peuvent prendre des mesures pour préserver leur santé cardiaque :

  • Avoir connaissance des risques de développer des problèmes cardiaques, en demandant à leur médecin s'ils ont reçu des traitements qui les exposent à un risque de cardiopathie.
  • Effectuer régulièrement des contrôles incluant des tests pour détecter les problèmes cardiaques.
  • Partager une copie de leur plan de soins pour les survivants, qui inclut un résumé du traitement, avec les prestataires de soins.
  • Consulter un cardiologue s'il existe des signes de cardiopathie.
  • Mener une vie saine pour prévenir les maladies cardiaques.
  • Traiter les affections qui ont une incidence sur la santé cardiaque.

Des habitudes saines pour le cœur

Certains modes de vie augmentent le risque de cardiopathie : le manque d'activité physique et un régime alimentaire peu équilibré en font partie.

Les habitudes qui réduisent le risque de cardiopathie :

  • Pratiquer une activité physique régulière
  • Manger sainement
  • Ne pas fumer

Faire de l'exercice et adopter un régime alimentaire équilibré contribuent à réduire le risque de développer ces pathologies. Tout le monde devrait mener une vie saine, mais c'est d'autant plus important pour les survivants d'un cancer qui sont déjà exposés à un risque élevé de développer une cardiopathie.


Ensemble
ne soutient aucun des produits de marque mentionnés dans cet article.


Révision : juin 2018