Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Bactériémies associées aux cathéters veineux centraux (BACVC)

Qu'est-ce que la BACVC ?

Les patients porteurs d'un cathéter veineux central ou d'une voie centrale tels qu'un cathéter central à insertion périphérique (CCIP), un cathéter tunnelisé ou une chambre, sont exposés à un risque de bactériémie associée aux cathéters veineux centraux ou BACVC. Ce type d'infections peut survenir lorsque des germes pénètrent dans le sang d'un patient via la voie centrale.

Les signes d'une bactériémie associée aux cathéters veineux centraux sont les suivants :

  • Douleur
  • rougeurs, gonflements ou chaleur autour du site d'implantation de la voie centrale ;
  • pus ou mauvaise odeur autour du site d'implantation de la voie centrale ;
  • Frissons
  • fièvre de 100,4 °F (38 °C) ou plus.

La BACVC constitue un risque sanitaire majeur pour les patients atteints d'un cancer pédiatrique. Si un patient présente un signe d'infection, il est important de contacter immédiatement un médecin ou de se rendre aux urgences pour recevoir les soins nécessaires. Les familles doivent demander à leur équipe de soins des instructions spécifiques sur la marche à suivre.

En savoir plus sur la fièvre et les signes d'infection

Les voies centrales chez les enfants atteints d'un cancer

Un cathéter veineux central ou « voie centrale » est un cathéter intraveineux inséré dans l'une des grosses veines menant au cœur. Lors des soins pédiatriques contre le cancer, une voie centrale peut être utilisée pour administrer des médicaments, des liquides, des produits sanguins et des solutions nutritionnelles.

Les voies centrales ont leur importance en matière de soins médicaux et de qualité de vie. Généralement, une voie centrale reste en place pendant toute la durée du traitement (quelques mois, voire plusieurs années). Cependant, les voies centrales peuvent parfois s'infecter et être à l'origine d'une très grave bactériémie potentiellement mortelle. L'infection peut retarder le traitement du cancer et entraîner davantage de procédures médicales. Une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour retirer la voie infectée et en poser une nouvelle. Les patients et les familles doivent suivre les consignes de soins en matière de voie centrale et surveiller les signes d'infection.

Types de voies centrales

 

Prévention de la bactériémie associée aux cathéters veineux centraux

Les patients, les familles et les prestataires de soins peuvent tous contribuer à la prévention de la BACVC. Avant qu'un patient ne rentre chez lui avec une voie centrale, un membre de l'équipe de soins lui enseignera les gestes pour le bon entretien de son cathéter à domicile. À l'hôpital et à la clinique, les patients et les familles peuvent également s'assurer que le personnel médical applique les étapes d'entretien de base d'une voie centrale.

Étapes clés de l'entretien d'une voie centrale :

  1. Limiter autant que possible l'utilisation de la voie centrale. Chaque fois que la voie centrale est utilisée, il existe un risque de contamination par des germes et des bactéries.
  2. Utiliser une technique aseptique adéquate pour accéder à la voie centrale (se laver les mains et porter des gants jetables, selon les consignes). Nettoyer les points d'accès avec de l'alcool ou de la chlorhexidine comme indiqué et laisser sécher à l'air libre. Suivre les consignes de l'équipe de soins pour nettoyer le cathéter.
  3. Suivre le programme de soins recommandé pour le changement de pansement, d'aiguille, de connecteur sans aiguille et de tubulure.

Prévention des bactériémies associées aux cathéters veineux centraux au domicile : conseils pour les familles

  • Maintenir le site de la voie centrale propre et sec.
    • Réaliser l'entretien de la voie centrale dans un endroit de la maison qui peut être nettoyé à l'aide d'une lingette désinfectante. Essuyer soigneusement les surfaces environnantes avant de commencer la procédure.
    • Se laver les mains correctement avant et après l'entretien de la voie centrale.
    • Seuls les membres de la famille ou les soignants formés par le personnel de l'hôpital sont autorisés à réaliser l'entretien de la voie centrale.
    • Protéger le site de la voie centrale avec un pansement propre et sec. Si vous avez reçu une formation, changez le pansement ou appelez immédiatement votre médecin s'il est humide, sale ou qu'il ne tient pas bien en place.
    • Recouvrir l'ensemble d'un pansement étanche pour garder le cathéter et le pansement au sec pendant le bain ou la douche.
    • Utiliser une technique aseptique pour accéder à la voie centrale. Se laver les mains, porter des gants jetables, selon les consignes, nettoyer correctement les points d'accès et utiliser des dispositifs stériles.
    • Éviter de toucher la voie centrale dans la mesure du possible.
  • Veiller à ce que le patient et son environnement restent propres.
    • Veiller à ce que le patient prenne régulièrement un bain ou une douche. Ne pas oublier de maintenir le pansement au sec. Si le patient n'est pas en mesure de se baigner ou se doucher, utiliser des lingettes nettoyantes dans le cadre de la routine de nettoyage quotidienne.
    • Changer les vêtements du patient tous les jours.
    • Changer régulièrement le linge de lit. Éviter de réutiliser les serviettes et gants de toilette.
    • Veiller à maintenir la maison propre.
    • Conserver les aliments en toute sécurité. Ranger l'alimentation à l'écart des médicaments et des fournitures médicales.
  • Entretenir correctement la voie centrale.
    • Vérifier régulièrement que les tubulures ne présentent pas de coupures, de fissures, de fuites, de déchirures ou d'obstructions.
    • Maintenir la voie centrale bien en place. Veiller à ce que rien ne frotte ni ne tire sur la tubulure.
    • Veiller à ce que la tubulure ne se coince pas dans la couche de l'enfant. Toujours tenir la voie centrale éloignée de la couche.
    • Suivre le programme de soins recommandé pour le changement de pansement et l'entretien de la voie centrale.
  • Surveiller les signes d'infection.
    • Appelez votre médecin en cas de signes d'infection, notamment de fièvre ou de frissons, ou si le site de la voie centrale est rouge, gonflé ou douloureux.

Risque de bactériémie associée aux cathéters veineux centraux chez les enfants atteints d'un cancer

Bien entretenir la voie centrale est le meilleur moyen pour les patients et les soignants de limiter le risque de BACVC. Toutefois, il est également important de connaître les facteurs susceptibles d'accroître les risques d'infection d'un patient. Les enfants recevant un traitement contre le cancer présentent déjà un risque plus élevé d'infection, y compris de bactériémie associée aux cathéters veineux centraux. Parmi les autres facteurs qui augmentent le risque de BACVC chez les enfants atteints d'un cancer, citons :

Dans certains cas, les facteurs liés à la voie centrale peuvent augmenter le risque d'infection. Notamment :

  • La date de pose de la voie centrale
  • L'emplacement de la voie centrale dans le corps (les veines situées au niveau de l'aine présentent un risque plus élevé que celles du thorax ou des extrémités)
  • Le type de voie centrale (les chambres implantables présentent le risque le plus faible)
  • Le nombre de lumières (les cathéters monolumières présentent généralement un risque plus faible)
  • Des problèmes au niveau de la voie centrale tels qu'un blocage ou la nécessité d'une réparation

Causes de la bactériémie associée aux cathéters veineux centraux : sources de la BACVC

Les infections de la voie centrale chez les patients atteints d'un cancer pédiatrique sont généralement causées par des bactéries. Il arrive parfois que la BACVC soit due à une infection fongique ou aux levures.

Germes présents sur la peau.

Des germes, y compris des bactéries et des champignons, sont couramment présents sur la peau. Les bactériémies associées aux cathéters veineux centraux sont souvent causées par les bactéries présentes sur la peau d'un patient ou d'un soignant. La peau forme une barrière protectrice qui empêche les germes de pénétrer dans le corps. Cependant, une voie centrale peut constituer un point d'entrée pour les germes au niveau du site cutané de la voie centrale ou de la chambre qui mène directement au flux sanguin. Lorsque le système immunitaire est affaibli en raison d'un cancer ou d'un traitement anticancéreux, le corps ne peut pas lutter contre l'infection aussi bien qu'en temps normal.

Lésion de la barrière muqueuse.

Les bactériémies associées aux cathéters veineux centraux peuvent également être dues à des bactéries normalement présentes dans la bouche ou dans les intestins. Chez les patients atteints d'un cancer, la chimiothérapie et la radiothérapie peuvent endommager la barrière muqueuse le long de la bouche, de la gorge et du tractus gastro-intestinal. C'est ce que l'on appelle une lésion de la barrière muqueuse (LBM). La barrière muqueuse est une couche protectrice qui contient normalement les bactéries à l'intérieur de la bouche et du système digestif. Lorsque cette barrière est défaillante, les bactéries peuvent migrer vers d'autres parties du corps. Dans certains cas, cela peut provoquer une bactériémie associée aux cathéters veineux centraux. Chez les patients atteints d'un cancer, la BACVC LBM est la source la plus fréquente d'infections du sang.

L'hygiène bucco-dentaire est importante pour contrôler les bactéries de la bouche et réduire le risque d'infection. Pour une bonne hygiène bucco-dentaire, il est important de :

  • Se brosser les dents au moins deux fois par jour. Utiliser une brosse à dents souple et un dentifrice au fluor. Pour les bébés ou les patients souffrant de plaies buccales, utiliser un tampon de gaze humide ou une éponge buccale.
  • Remplacer régulièrement la brosse à dents, en particulier en cas d'affaiblissement du système immunitaire et de neutropénie ou après un épisode infectieux.
  • Réaliser des bains de bouche, comme recommandé.
  • Appliquer un baume ou une crème hydratante à base de lanoline sur les lèvres pour éviter qu'elles ne s'assèchent et ne se fissurent.
  • Boire beaucoup de liquides pour rester hydraté et prévenir la sécheresse buccale.

Diagnostic et traitement de la bactériémie associée aux cathéters veineux centraux

Le traitement de la bactériémie associée aux cathéters veineux centraux dépend de la source et de la gravité de l'infection.

  • Hémocultures : l'équipe de soins effectuera des tests pour déterminer la cause de l'infection. Cela implique généralement de prélever des échantillons de sang à partir de la voie centrale et au moins un échantillon à partir d'une aiguille piquée dans une veine. Des échantillons provenant d'une autre partie du corps, comme l'urine, peuvent également être prélevés pour vérifier si la voie centrale est la source de l'infection ou si un tout autre site en est à l'origine. Des cultures sont réalisées sur les échantillons pour déterminer si des bactéries ou des champignons sont présents.
  • Médicaments. une fois la source de l'infection connue, des médicaments antibiotiques ou antifongiques seront généralement administrés.
  • Retrait de la voie centrale : il est parfois nécessaire de retirer la voie centrale pour traiter la BACVC. Dans certains cas, la voie centrale est retirée et remplacée par un nouveau dispositif, parfois implanté ailleurs dans le corps. Dans d'autres cas, la voie centrale est complètement retirée jusqu'à ce que l'infection soit éliminée. Si la voie centrale est maintenue en place, il est important d'administrer des antibiotiques via le cathéter veineux central pour traiter la bactériémie associée à celui-ci.

Les patients seront surveillés de près pendant et après le traitement. Il est important que les patients continuent de prendre les médicaments comme indiqué, même s'il n'y a pas de signe d'infection.

Plus de ressources sur les BACVC


Révision : novembre 2018