Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Maladie du greffon contre l'hôte (GVH)

Qu'est-ce que la maladie du greffon contre l'hôte ?

La maladie du greffon contre l'hôte (GVH) est une complication grave, parfois mortelle, d'une greffe de cellules hématopoïétiques (communément appelée greffe de moelle osseuse ou greffe de cellules souches).

La GVH peut se produire suite à une greffe allogénique. Il existe 2 types de greffes en fonction de la source des cellules hématopoïétiques (formant le sang) : allogénique et autologue. Une greffe allogénique se produit lorsque les cellules proviennent d'une autre personne. Une greffe autologue se produit lorsque les cellules proviennent du patient.

La GVH se produit lorsque les cellules immunitaires du donneur (le greffon) reconnaissent que les cellules et les tissus normaux du patient (l'hôte) sont étrangers et les attaquent. Les symptômes de la réaction immunitaire dépendent de la partie du corps endommagée par les cellules donneuses.

La GVH survient chez environ 20 à 50 % des patients après une greffe. Elle peut se développer à tout moment après la greffe. Une fois qu'elle se manifeste, la GVH peut être difficile à traiter et, dans les cas graves, peut mettre en jeu le pronostic vital.

Il existe deux types de GVH :

  • Aiguë
  • Chronique

GVH aiguë

La GVH aiguë est généralement définie comme une maladie survenant au cours des 100 premiers jours suivants la greffe. Mais elle peut se déclarer à tout moment. Les signes et les symptômes concernent généralement la peau, le tractus gastro-intestinal (GI) et le foie. Les cellules immunitaires donneuses impliquées sont principalement des lymphocytes T.

Signes et symptômes de la GVH aiguë

Les signes et symptômes peuvent varier de légers à sévères. Ils peuvent inclure :

Peau

  • Éruptions cutanées
  • Rougeurs
  • Cloques
  • Ulcères

Tractus GI

  • Nausée
  • Vomissements
  • Une perte d'appétit
  • Diarrhée liquide ou sanglante
  • Douleurs abdominales
  • Faible taux d'albumine
  • Jaunisse

Foie

  • Augmentation des taux de bilirubine
  • Problèmes hépatiques

GVH chronique

La GVH chronique est généralement définie comme une maladie survenant plus de 100 jours après la greffe. Mais elle peut se déclarer plus tôt. Elle est similaire à une maladie auto-immune et peut affecter plusieurs organes ou systèmes organiques. La réponse immunitaire du donneur implique principalement des lymphocytes T et des lymphocytes B.

Signes et symptômes de la GVH chronique

Les signes et symptômes peuvent varier de légers à sévères. Ils peuvent inclure :

  • Symptômes cutanés : éruptions cutanées et démangeaisons, peau écailleuse, peau squameuse, assombrissement de la peau, durcissement de la texture de la peau, cicatrices susceptibles de limiter le mouvement des articulations avoisinantes, comme les doigts
  • Dommages ou chute des ongles
  • Perte de cheveux
  • Raideur des articulations
  • Sécheresse et plaies dans la bouche et l'œsophage
  • Sécheresse et rougeurs oculaires
  • Femmes : sécheresse vaginale et d'autres surfaces
  • Hommes : raccourcissement et modifications péniennes
  • Toux, essoufflement, respiration sifflante
  • Sécheresse et cicatrices aux poumons
  • Lésion hépatique ou insuffisance hépatique
  • Jaunisse

Facteurs de risque

Les facteurs de risque de la GVH incluent :

  • Degré d'« incompatibilité » entre le donneur et le patient (compatibilité HLA)

Les donneurs de greffe peuvent être des frères et sœurs, d'autres membres de la famille ou des personnes du Registre national du don de moelle osseuse qui n'ont aucun lien avec le patient.

Lorsqu'il est question de trouver le meilleur donneur possible, l'équipe de soins recherche la compatibilité HLA la plus proche. HLA est l'acronyme en anglais de « antigènes des leucocytes humains ». Les HLA sont des protéines ou des marqueurs qui se trouvent sur la plupart des cellules du corps. Le système immunitaire utilise les HLA pour identifier les cellules qui appartiennent à votre corps et celles qui ne le sont pas.

Il existe de nombreux marqueurs HLA. Vous en héritez la moitié de votre mère et l'autre moitié de votre père. Chaque frère ou sœur ayant les mêmes parents a 25 % de chances (1 sur 4) d'être compatible HLA. Les autres membres de la famille ont peu de chances d'avoir des HLA compatibles. Environ 70 % des patients qui ont besoin d'une greffe n'ont pas de donneur totalement compatible dans leur famille.

Un patient dont le donneur a un degré de compatibilité élevé a moins de risques de développer une GVH que quelqu'un dont le donneur n'est pas aussi compatible.

  • Âge du donneur et du receveur

Des études ont montré que les cellules de donneurs plus jeunes apportent de meilleures chances de survie à long terme aux patients greffés. Les médecins demandent des donneurs dans la tranche d'âge de 18 à 44 ans dans 85 % des cas. Le Registre national du don de moelle osseuse comprend des donneurs entre 18 et 60 ans.

  • Source des cellules hématopoïétiques (formant le sang)

Certaines études montrent que plus le nombre de lymphocytes T dans la greffe est élevé, plus le risque de GVH augmente.

  • Intensité du traitement de conditionnement

Certaines études montrent que le risque est réduit avec une chimiothérapie à intensité réduite par rapport à un traitement de conditionnement plus intensif.

Prévention

L'équipe de soins prendra les mesures nécessaires pour prévenir la GVH.

  • Sélection du donneur : l'équipe de soins sélectionne le donneur dont la compatibilité HLA est la plus élevée.
  • Manipulation des cellules donneuses : les cellules donneuses (greffon) peuvent être manipulées pour réduire le nombre de lymphocytes T donneurs, afin d'empêcher la réaction immunitaire causée par le greffon qui provoque la GVH. Cette manipulation peut se réaliser dans un établissement de transformation des cellules avant l'administration des cellules au patient ou en donnant au patient certains médicaments après l'administration des cellules.
  • Médicaments immunosuppresseurs : les patients peuvent recevoir des médicaments pour diminuer l'activité des cellules immunitaires donneuses. Les médicaments couramment utilisés incluent la cyclosporine, le tacrolimus, le sirolimus, le méthotrexate, le mycophénolate mofétil, le cyclophosphamide, l'antithymocyte globuline (ATG) et l'alemtuzumab.

Ce que les patients et les familles peuvent faire

Les patients et les familles sont encouragés à jouer un rôle actif dans la prévention de la GVH :

  • Suivez les instructions relatives aux médicaments, comme indiqué. Il est essentiel que les patients prennent les médicaments exactement selon les prescriptions de l'équipe de soins.
  • Surveillez les signes et symptômes précoces. Avertissez l'équipe de soins de tout changement. Ces changements peuvent être des signes de la GVH. En général, la GVH se traite plus facilement à un stade précoce. Le fait de la contracter rapidement peut engendrer une différence positive sur la santé du patient à long terme.
  • Protégez votre peau du soleil. L'exposition au soleil peut déclencher la GVH ou l'aggraver. Lorsqu'ils sortent à l'extérieur, les patients sont encouragés à porter un chapeau, des manches longues, un pantalon long et de la crème solaire avec un indice de protection de 30 ou plus. Éviter l'exposition au soleil reste la meilleure protection.

Diagnostic et surveillance

Les patients seront surveillés de très près afin de détecter tout signe de GVH. Ce processus peut comprendre des examens physiques, la prise en compte des antécédents médicaux, des tests en laboratoire et des tests d'imagerie.

D'autres tests peuvent être effectués suivant les types de symptômes. Les tests peuvent inclure le prélèvement d'un échantillon de tissu par biopsie, notamment de la peau, l'endoscopie digestive haute et/ou la coloscopie, des tests en laboratoire et des tests d'imagerie.

Traitement

Le traitement vise à retenir la réponse immunitaire excessive du donneur et à réentraîner le système immunitaire à ne pas attaquer les tissus hôtes normaux. Le traitement peut varier d'un patient à l'autre en fonction de ses symptômes.

Médicaments

Les corticostéroïdes tels que la méthylprednisolone, la dexaméthasone et la prednisone sont un traitement de base pour la GVH. Les médicaments peuvent être administrés par voie veineuse, voie orale, crème ou pommade, gouttes oculaires ou rinçage oral.

D'autres traitements peuvent inclure des médicaments immunosuppresseurs (tels que ceux répertoriés ci-dessus dans la section Prévention), l'immunothérapie et le traitement ciblé.

Luminothérapie

La photothérapie par ultraviolets (UV) B à bande étroite et la photophérèse extracorporelle (PPE) sont 2 thérapies qui utilisent la lumière pour traiter la GVH. 

La photothérapie UV utilise le rayonnement UVB pour corriger les problèmes de peau provoqués par la GVH. 

La PPE consiste à recueillir le sang et à le séparer en globules rouges, globules blancs et plaquettes. Les globules blancs sont traités par des médicaments et exposés à la lumière ultraviolette (UV). Ces cellules, ainsi que les autres cellules sanguines, sont ensuite réinjectées dans l'organisme. Les cellules traitées peuvent stimuler le système immunitaire afin de lutter contre la GVH.

Remarque : une idée reçue affirme que la GVH est nécessaire pour qu'une greffe réussisse. Ceci n'est pas vrai. Un patient n'a pas besoin de développer de GVH pour que la greffe réussisse.


Révision : janvier 2019