Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Daunorubicine

Chimiothérapie

Les noms de marques:

Cerubidine®

Autres noms:

Daunomycin, Rubidomycin

Souvent utilisé pour:

Leucémie, Lymphome

icône presse-papier

Qu'est-ce que la daunorubicine ?

La daunorubicine est un type de chimiothérapie. Elle fonctionne en ralentissant ou en arrêtant la croissance des cellules. Elle est généralement utilisée en association avec d'autres médicaments.

La daunorubicine peut provoquer de graves problèmes cardiaques. Ces problèmes peuvent survenir pendant le traitement ou plusieurs mois à plusieurs années plus tard. Les familles doivent informer immédiatement l'équipe de soins si le patient présente une toux, un rythme cardiaque irrégulier (trop rapide ou trop lent), un gonflement des bras ou des jambes, un essoufflement, une prise de poids soudaine, une fatigue ou une faiblesse. L'équipe de soins peut demander la réalisation d'analyses avant et pendant le traitement afin de déterminer si la fonction cardiaque du patient est suffisante pour que le patient puisse recevoir de la daunorubicine.

Les patients se soumettent à des prises de sang régulières, qui permettent de vérifier la numération globulaire et de surveiller les fonctions hépatique et rénale. Ce médicament peut provoquer des lésions cardiaques ; la fonction cardiaque fait donc l'objet d'une surveillance étroite.

En cas de fuite à côté de la veine, la daunorubicine peut causer des lésions tissulaires. Les patients peuvent présenter des irritations et des lésions cutanées sur le site d'injection. Indiquez au soignant la présence de brûlures pendant l'administration.

icône poche de perfusion

Peut êtreadministré par voie intraveineuse sous forme liquide

 
icône point d'exclamation dans un cercle

Quels sont les effets secondaires possibles de la daunorubicine ?

  • Coloration rouge ou orange des urines
  • Plaies buccales
  • Modification de la couleur de la peau au niveau de la zone de traitement par radiothérapie
  • Problèmes cardiaques
  • Perte de cheveux
  • Nausées et vomissements
  • Perte d'appétit
  • Diarrhées
  • Fatigue ou faiblesse
  • Douleurs abdominales
  • Changement des ongles
  • Faible numération globulaire, généralement après 7 à 14 jours (risque accru d'infection, de saignements, d'anémie et/ou de fatigue)
  • Problèmes hépatiques
  • Infertilité

Tous les patients qui prennent de la daunorubicine ne souffriront pas de ces effets secondaires. Les effets secondaires courants sont indiqués en gras, mais il peut y en avoir d'autres. Veuillez signaler tous les effets secondaires suspects à votre médecin ou à votre pharmacien.

icône effets tardifs

Quels sont les effets tardifs possibles de la daunorubicine ?

Certains patients peuvent présenter des effets à long terme ou tardifs du traitement qui peuvent se poursuivre ou se développer plusieurs mois ou années après la fin du traitement. Les effets tardifs possibles dus à la daunorubicine incluent :

icône famille

Que dois-je savoir à propos de la daunorubicine ?

Veillez à aborder l'ensemble des recommandations avec votre médecin ou votre pharmacien.

  • La daunorubicine peut endommager le cœur. Les patients doivent faire l'objet d'une surveillance continue de la fonction cardiaque et observer les signes éventuels de cardiopathie. Des problèmes cardiaques peuvent survenir à tout moment pendant ou après le traitement.
  • Un médecin peut prescrire des médicaments pour réduire les nausées et les vomissements.
  • Si la daunorubicine est administrée après une radiothérapie, la zone cutanée exposée à la radiothérapie peut de nouveau devenir rouge.
  • Lorsque vous prenez ce médicament, ne mangez pas de pamplemousse ou d'orange amère, et ne buvez pas de jus ou de boisson à base de pamplemousse ou d'orange amère.
  • Les patientes sexuellement actives doivent utiliser un moyen de contraception pendant le traitement et jusqu'à 6 mois après la fin du traitement.
  • Les patientes doivent avertir leur médecin si elles sont enceintes ou si elles allaitent.
  • Les soignants doivent suivre les instructions en vigueur pour éviter tout contact avec les fluides corporels du patient, qui peuvent contenir le médicament pendant 48 heures après son administration.