Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Neuropathie périphérique après la chimiothérapie

La neuropathie périphérique causée par la chimiothérapie est un type de lésion nerveuse qui se produit parfois comme un effet secondaire de la chimiothérapie. Les symptômes incluent des douleurs, des engourdissements ou des picotements dans les mains ou les pieds. Plus les lésions nerveuses augmentent, plus le risque d'affaiblissement musculaire des pieds ou des mains est important. Les enfants peuvent adopter une démarche différente parce qu'ils ne peuvent pas soulever l'avant du pied. Cette pathologie est appelée « pied tombant ». La neuropathie périphérique s'améliore généralement après la fin de la chimiothérapie, car les nerfs sont capables de guérir. Toutefois, il arrive que les symptômes ne disparaissent pas complètement et que de nouveaux symptômes apparaissent. Il s'agit d'effets tardifs du traitement.

Il existe plusieurs moyens de gérer la neuropathie périphérique. Le médecin peut prescrire des médicaments pour aider à soulager la douleur. La physiothérapie et l'ergothérapie peuvent également aider les patients à faire face aux limites physiques engendrées par la douleur, la perte de sensation et la faiblesse musculaire.

Symptômes de la neuropathie périphérique

Les symptômes spécifiques de la neuropathie périphérique dépendent du type et de la gravité des lésions nerveuses. Les symptômes peuvent inclure :

Symptômes sensoriels

  • Engourdissement (perte de sensation), picotement ou sensation de brûlure, généralement dans les mains ou les pieds
  • Douleur de la bouche ou des mâchoires
  • Sensibilité au toucher ou à la température
  • Douleur aiguë, soudaine, fulgurante

Symptômes moteurs

  • Perte d'équilibre ou de coordination
  • Modification de la démarche ou de la marche pouvant provoquer un trébuchement ou une chute
  • Réflexes faibles
  • Faiblesse musculaire et perte de muscle (rendant les jambes plus fines), en particulier dans les bras et les jambes
  • Crampes musculaires
  • Problèmes de motricité fine, comme écrire, lacer ses chaussures ou boutonner ses vêtements

Symptômes autonomes

  • Constipation ou difficulté à uriner
  • Diminution de la transpiration
  • Modification de la tension artérielle

Les difficultés ont tendance à se manifester d'abord aux extrémités des nerfs, plus éloignés de la moelle épinière. C'est pourquoi les mains et les pieds ont tendance à être les plus affectés. De même, les jambes ont tendance à s'affaiblir avant les bras.

Causes de la neuropathie périphérique

Les nerfs périphériques transmettent les signaux du cerveau à différentes parties du corps, puis reviennent au cerveau. Ces signaux peuvent avoir différentes fonctions, notamment motrice (mouvement), sensorielle (douleur, toucher) ou autonome (tension artérielle, température).

Les médicaments de chimiothérapie peuvent nuire à ces nerfs. Parmi les médicaments présentant le risque le plus élevé de cancer pédiatrique, on peut citer :

Des doses plus élevées et des associations de médicaments peuvent augmenter les risques de neuropathie. Les enfants plus jeunes peuvent y être particulièrement sensibles, car leur système nerveux est encore en train de se développer. La radiothérapie et les pathologies médicales telles que le diabète peuvent également provoquer des lésions nerveuses et augmenter le risque de neuropathie périphérique avec la chimiothérapie.

Examen de la neuropathie périphérique

En général, l'examen de la neuropathie périphérique prend en compte :

  • Type de symptômes (sensoriels, moteurs, autonomes ou mixte)
  • Gravité des symptômes (douleur, dans quelle mesure les symptômes affectent la vie quotidienne)
  • Évolution des symptômes au fil du temps (si les symptômes s'aggravent ou restent stables)

Les patients présentant des symptômes de neuropathie périphérique peuvent être orientés vers un neurologue pour un examen supplémentaire. Un examen neurologique inclut différents tests mesurant les réflexes, les sensations et les signaux nerveux (conduction). En fonction de ces informations, les médecins peuvent utiliser une échelle de notation pour attribuer un grade ou une mesure de gravité aux lésions nerveuses.

Un physiothérapeute peut également effectuer un examen pour évaluer :

  • Force musculaire
  • Amplitude de mouvement des articulations
  • Positionnement ou alignement des pieds et des chevilles en position assise et debout
  • Équilibre
  • Marche sans chaussures pour voir la démarche et la position des pieds
  • Capacité à détecter le toucher et les vibrations
  • Réflexes

Les informations fournies par le patient, la famille et les membres de l'équipe de soins permettent de déterminer les prochaines étapes à mettre en place.

Prévention et traitement de la neuropathie périphérique causée par la chimiothérapie

Les médecins planifient la chimiothérapie et les soins de soutien afin de réduire autant que possible le risque de lésions nerveuses tout en traitant efficacement le cancer. Des chercheurs étudient des médicaments et des interventions qui pourraient être utilisés pour protéger les nerfs contre les effets toxiques de la chimiothérapie. Dans la mesure du possible, les médecins essaient de limiter la dose de médicaments, prévoient de faire des pauses ou évitent les associations de traitements qui augmentent le risque de neuropathie.

Le traitement actuel de la neuropathie périphérique est axé sur la prise en charge des symptômes. Les stratégies peuvent inclure :

  • Prise en charge de la douleur : différents types de médicaments pour la douleur nerveuse peuvent être testés, notamment les antidépresseurs, les anticonvulsifs tels que la gabapentine et les analgésiques tels que les analgésiques opioïdes ou la lidocaïne.
  • Aide à la rééducation : la physiothérapie et l'ergothérapie offrent des traitements et des interventions de soutien aux patients. Les traitements spécifiques incluent :
    • Exercices pour améliorer la force, l'amplitude de mouvement et l'équilibre
    • Dispositifs d'assistance pour la marche, notamment les déambulateurs, les béquilles ou les cannes
    • Orthèses telles que les soutiens de voûte plantaire ou de cheville pour aligner les articulations et améliorer la marche
    • Dispositifs d'assistance pour les activités quotidiennes telles que l'écriture, le boutonnage de vêtements ou le brossage des dents
    • Stimulation électrique légère pour stimuler les muscles affaiblis (nécessite l'approbation du médecin, car elle peut ne pas être adaptée aux patients pendant le traitement du cancer)
    • Exercices à domicile et éducation familiale
  • Traitements complémentaires : les patients peuvent trouver de l'aide dans le cadre de thérapies du corps et de l'esprit, telles que les techniques de massage, d'acupuncture, de rétroaction biologique et de relaxation. Les familles doivent parler à leur équipe de soins avant d'essayer un nouveau traitement pour s'assurer qu'il ne présente aucun risque.
  • Ajustement de la chimiothérapie : en cas de neuropathie périphérique sévère, l'équipe de soins peut recommander des modifications du plan de chimiothérapie afin de réduire l'exposition au médicament. Ces décisions doivent être prises en prenant en compte les risques pour l'état de santé général du patient.

Effets à long terme de la neuropathie périphérique causée par la chimiothérapie

La faiblesse musculaire, les changements de démarche et le mauvais alignement des articulations peuvent entraîner des problèmes de santé à long terme chez les survivants d'un cancer pédiatrique. Lorsque les articulations et les muscles ne fonctionnent pas correctement, les genoux, les hanches et la colonne vertébrale risquent d'être endommagés au fil du temps. Cela provoque des douleurs et une perte de mobilité et peut augmenter le risque de chute. La douleur et la mobilité réduite peuvent affecter la vie professionnelle et familiale. La neuropathie périphérique entraîne souvent de faibles niveaux d'activité physique, ce qui contribue à d'autres problèmes de santé.

Pour les survivants d'un cancer pédiatrique, la prise en charge de la neuropathie périphérique et le suivi régulier des symptômes sont importants pour la santé et la qualité de vie sur le long terme.

Conseils pour les familles

  • Portez des chaussures qui offrent un bon maintien, mais pas trop serrées. Recherchez des semelles en caoutchouc et évitez les chaussures qui facilitent le glissement ou la chute.
  • Utilisez les orthèses recommandées, comme prescrit par un professionnel de santé. Les attelles et autres dispositifs artificiels peuvent améliorer le fonctionnement et la mobilité, aidant ainsi les enfants à rester actifs et autonomes tout en prévenant les chutes. Les enfants peuvent d'abord montrer une résistance, mais ils pourront se déplacer et jouer plus normalement. Vérifiez régulièrement l'ajustement afin d'éviter les plaies ou les cloques.
  • Protégez les mains et les pieds des blessures. La perte de sensation peut faciliter les coupures ou les brûlures dans les activités quotidiennes. Il est également important de vérifier régulièrement l'absence de cloques, d'éraflures et de coupures. Évitez de marcher pieds nus.
  • Vérifiez la température de l'eau avant le bain ou le lavage des mains. La perte de sensation peut augmenter le risque de brûlures lorsque l'eau est trop chaude.
  • Soyez attentif aux risques par temps chaud. Certains patients peuvent présenter plus de symptômes lorsqu'il fait chaud ou moins transpirer.
  • Faites attention aux zones faiblement éclairées et aux surfaces irrégulières (herbe, gravier, etc.) pour réduire les chutes et les trébuchements.

Ressources supplémentaires sur la neuropathie périphérique


Révision : août 2018