Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

En attente des résultats du test

Qu'est-ce qu'un bilan ?

Un « bilan » est un terme général que les médecins utilisent parfois pour décrire la série de procédures pratiquées pour établir un diagnostic. Ce processus prend du temps. 

De nombreuses procédures, telles que les examens sanguins et les radiographies, peuvent avoir lieu à l'occasion d'une seule visite clinique. Certains tests, comme les scanners, les IRM et les biopsies, doivent être programmés pour être réalisés à une date ultérieure. Les familles peuvent se rendre dans d'autres établissements pour les effectuer. 

De nombreuses personnes déclarent que l'attente des résultats d'analyse est l'une des épreuves les plus stressantes du processus diagnostique. Selon le type de test, quelques heures, voire quelques semaines, peuvent s'écouler avant que les résultats soient prêts.

Un médecin peut attendre que tous les résultats d'analyse lui soient transmis avant de communiquer les informations dont il dispose. Selon le type de test, quelques heures, voire quelques semaines, peuvent s'écouler avant que les résultats soient prêts. Sur cette photo, un père tire son fils dans un chariot rouge, dans le couloir d'un hôpital.

Un médecin peut attendre que tous les résultats d'analyse lui soient transmis avant de communiquer les informations dont il dispose. Selon le type de test, quelques heures, voire quelques semaines, peuvent s'écouler avant que les résultats soient prêts.

Pourquoi les résultats peuvent-ils prendre du temps ?

Lorsqu'un test d'imagerie est effectué, un radiologue doit lire et analyser les images avant de préparer un compte rendu à transmettre au prestataire de soins à l'origine de la prescription des tests. Ce processus peut prendre plusieurs jours. Voici quelques-uns des tests d'imagerie pratiqués : une radiographie, une échographie, un scanner et une imagerie par résonance magnétique (IRM).

Si une biopsie est effectuée, quelques jours, voire quelques semaines, peuvent s'écouler avant d'obtenir les résultats. Le prélèvement est envoyé à un laboratoire de pathologie pour analyse. Il peut parfois être envoyé à d'autres laboratoires spécialisés pour des tests supplémentaires.

Il est fréquent qu'un médecin attende que tous les résultats d'analyse lui soient transmis avant de communiquer les informations dont il dispose. Les résultats d'un seul test peuvent ne pas fournir de réponses suffisantes, à moins qu'ils ne soient examinés à la lumière de tous les autres tests que l'enfant a déjà subis.

La prescription de tests permettant de déceler un cancer par le médecin ne conduit pas nécessairement au diagnostic d'un cancer. Le prestataire de soins peut suspecter un cancer ou vouloir écarter cette éventualité.

Qu'est-ce que la « scanxiété » ?

L'inquiétude et l'anxiété associées aux tests et à l'attente des résultats d'acquisition portent même un nom : la scanxiété. Le terme n'a pas encore été intégré dans les dictionnaires officiels, mais il est utilisé de manière informelle par les patients, les familles et les professionnels de santé.

Urbandictionary.com fournit la définition suivante : anxiété et inquiétude qui accompagnent la période précédant la réalisation d'un examen médical ou la réception des résultats. La « scanxiété » est une réaction normale éprouvée par bon nombre de patients et de familles, si ce n'est la plupart d'entre eux.

Le mot « scanxiété » est un terme informel utilisé pour décrire l'inquiétude que bon nombre de patients et de familles ressentent pendant l'attente des résultats. Sur cette photo, un enfant atteint d'un cancer regarde les poissons de l'aquarium de la salle d'attente d'une clinique.

Le mot « scanxiété » est un terme informel utilisé pour décrire l'inquiétude que bon nombre de patients et de familles ressentent avant la réception des résultats d'un examen médical.

Voici quelques-unes des solutions pour gérer la « scanxiété » :

  • Vous distraire en vous adonnant aux activités que vous appréciez : passer du temps à faire quelque chose d'agréable monopolise votre attention au cours des jours et des semaines précédant et suivant les acquisitions.
  • Pratiquer une activité physique : de nombreuses études révèlent que l'activité physique est efficace pour réduire le stress et l'anxiété.
  • Adopter des techniques de relaxation : essayez de respirer profondément, d'écouter de la musique relaxante, de pratiquer la visualisation, le yoga ou la méditation, de vous soumettre à des massages ou de pratiquer le taï-chi.
  • Reconnaître et accepter l'anxiété : souvent, le simple fait d'accepter vos sentiments peut vous aider à les gérer. Rappelez-vous que la « scanxiété » est une réaction normale à un moment stressant.
  • Rechercher un soutien social : discuter avec d'autres personnes peut s'avérer bénéfique dans les moments stressants. Identifiez les membres de votre famille et les amis qui vous apportent calme et soutien, et avec lesquels vous vous sentiriez le plus à l'aise pour parler de la « scanxiété ».
  • Planifier à l'avance : programmez les acquisitions à un moment qui sera moins stressant. Pensez également aux personnes qui vous accompagneront, ainsi qu'aux outils ou ressources que vous utiliserez pour gérer vos émotions avant, pendant et après les acquisitions. Prévoyez quelque chose d'amusant à faire après les acquisitions.
  • Être prêt à recevoir les résultats : sachez quand et comment vous les obtiendrez. Attendez-vous à des résultats favorables, mais préparez-vous également au pire en établissant un plan. Lorsqu'elle attend des résultats, une personne peut avoir l'impression de ne pas maîtriser la situation. En préparant un plan, vous pouvez avoir le sentiment d'avoir la situation en main.
  • Aider les autres : en vous concentrant sur l'aide à apporter aux personnes dans le besoin, vous pouvez détourner votre attention de votre stress.
  • Rechercher un soutien professionnel : si la « scanxiété » est trop oppressante et que les ressources en votre possession pour gérer vos émotions ne sont pas utiles, parlez-en à votre prestataire de soins principal. Vous pouvez travailler ensemble pour mettre au point un plan de soins. Le prestataire peut profiter de cette occasion pour vous orienter vers un conseiller ou un autre professionnel de la santé mentale.
Vous distraire en vous adonnant aux activités que vous appréciez peut vous aider à gérer la « scanxiété ».

Vous distraire en vous adonnant aux activités que vous appréciez peut vous aider à gérer la « scanxiété ».

Articles utiles


Révision : août 2018