Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Nombre absolu de polynucléaires neutrophiles et neutropénie

Le nombre absolu de polynucléaires neutrophiles (NAN) permet d'évaluer la capacité du corps à lutter contre les infections, en particulier infections bactériennes. Ces résultats sont souvent appelés « numération ».

Un NAN mesure le nombre de neutrophiles dans le sang. Un neutrophile est un type de globules blancs qui tue les bactéries.

Sur cette illustration, les cellules neutrophiles détectent les bactéries, traversent le vaisseau sanguin jusqu'au site d'infection et détruisent les bactéries repérées.

Les neutrophiles sont le type de globules blancs le plus courant. Ils se rendent sur le site d'infection et libèrent des substances appelées «enzymes» pour lutter contre les virus ou bactéries envahissants.

Le nombre absolu de polynucléaires neutrophiles (NAN) permet d'évaluer la capacité du corps à lutter contre les infections, en particulier infections bactériennes. Ces résultats sont souvent appelés « numération ».

Un NAN mesure le nombre de neutrophiles dans le sang. Un neutrophile est un type de globules blancs qui tue les bactéries.

Un nombre de neutrophiles inférieur à la normale (inférieur à 500) est appelé « neutropénie ».

Le nombre absolu de polynucléaires neutrophiles permet d'évaluer la capacité du corps à lutter contre les infections. On parle de neutropénie lorsque le NAN est inférieur à 500.

On parle de neutropénie sévère lorsque le NAN est inférieur à 100.

Plus le NAN d'un patient est faible, plus le risque d'infection est élevé.

Pour un patient atteint d'un cancer, une infection peut engager le pronostic vital et nécessite une attention médicale immédiate.

Causes de la neutropénie

Les traitements anticancéreux, tels que la chimiothérapie, peuvent réduire le NAN d'un patient et provoquer une neutropénie. Il s'agit d'un effet secondaire fréquent. La chimiothérapie affecte généralement le NAN d'un patient 7 à 14 jours après son administration. La durée que met le nombre absolu de polynucléaires neutrophiles pour décroître dépend de la dose et du type de médicament administrés.

Les cancers affectant la moelle osseuse, comme la leucémie et le lymphome, peuvent également entraîner un faible niveau de neutrophiles.

Dans certains cas, la radiothérapie peut également causer une chute du nombre de neutrophiles.

Calcul du NAN

Les neutrophiles sont comptabilisés dans le cadre d'un hémogramme complet.

Risque d'infection Valeur du NAN
Élevé Inférieur à 500
Modéré 500 à 1 000
Faible Supérieur à 1 000

Sur la plupart des résultats de numération globulaire, le NAN est déjà calculé. Pour déterminer le NAN, multipliez la numération leucocytaire (numération des globules blancs) par le pourcentage de neutrophiles segmentés et non segmentés.

Une section du rapport du laboratoire stipulera la numération des globules blancs et un « différentiel » dans lequel chaque type de globules blancs est répertorié sous la forme d'un pourcentage du total. Par exemple, si la numération des globules blancs est de 1 500 mm3, le différentiel peut apparaître comme suit :

Type de globules blancs Pourcentage de numération des globules blancs
Neutrophiles segmentés (également appelés « poly ») 49 %
Neutrophiles non segmentés (également appelés « non segmentés ») 1 %
Basophiles (également appelés « baso ») 1 %
Éosinophiles (également appelés « eos ») 1 %
Lymphocytes (également appelés « lympho ») 38 %
Monocytes (également appelés « mono ») 10 %

Exemple

Pour une numération des globules blancs de 1 500
x 0,50 (49 segmentés + 1 non segmenté = 50)
NAN = 750

NAN et vie quotidienne

Les activités des familles d'enfants atteints d'un cancer sont parfois fonction du NAN ou des numérations du patient.

Si les numérations sont faibles, les patients peuvent recevoir des médicaments appelés « facteurs de croissance ». Ces médicaments permettent d'augmenter le nombre de globules blancs.

Lorsque les patients souffrent de neutropénie, ils peuvent être amenés à éviter les lieux publics tels que les écoles. L'équipe de soins peut conseiller au patient de porter un masque facial (masque à particules) afin de réduire le risque d'infection. Dans certains cas, le patient doit être hospitalisé.

Si le NAN est trop faible, le médecin peut décider de reporter la chimiothérapie.

Chaque hôpital dispose de ses propres directives concernant les activités des enfants présentant un NAN faible.


Révision : juin 2018