Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Mélanome

Qu'est-ce qu'un mélanome ?

Le mélanome est un type de cancer de la peau le plus souvent observé chez les adultes. Toutefois, bien que rare, il touche environ 300 à 400 enfants et adolescents chaque année aux États-Unis. Les mélanomes peuvent se développer sur n'importe quelle partie de la peau ainsi que de l'œil. S'il n'est pas traité, le mélanome peut se propager à d'autres parties du corps.

Dans le mélanome, le cancer se forme dans les cellules cutanées appelées mélanocytes. Les mélanocytes produisent de la mélanine qui donne de la couleur (pigment) à la peau.

La mélanine est un pigment produit par certaines cellules cutanées appelées mélanocytes. La mélanine aide à protéger la peau des rayons ultraviolets (UV) du soleil. Les personnes dont la couleur de peau est plus foncée ont plus de mélanine et sont moins susceptibles de développer un mélanome.

Bien que généralement considéré comme une maladie d'adulte, le mélanome représente environ 1 % des cancers chez les enfants de moins de 15 ans. Il survient plus souvent chez les enfants plus âgés, représentant 7 % des cancers chez les adolescents âgés de 15 à 19 ans. 

Les symptômes du mélanome comprennent des modifications cutanées inhabituelles, telles qu'un grain de beauté qui grossit, change de couleur, saigne ou provoque des démangeaisons. Les mélanomes peuvent également apparaître sous la forme d'une bosse de couleur pâle ou rouge. 

Le traitement du mélanome dépend du stade de la maladie. En règle générale, une intervention chirurgicale est pratiquée sur les patients atteints de mélanome afin de retirer le cancer. Une maladie plus grave peut nécessiter un traitement supplémentaire, notamment un traitement ciblé, une chimiothérapie et/ou une immunothérapie.

Lorsque le mélanome est dépisté de manière précoce, les taux de survie sont très bons. Toutefois, le mélanome peut se propager aux ganglions lymphatiques et à d'autres parties du corps, ce qui peut rendre le traitement difficile. C'est pourquoi la sensibilisation et la détection précoce du mélanome sont très importantes.

Facteurs de risque et causes du mélanome

Certains facteurs augmentent le risque de mélanome. Il s'agit notamment des peaux claires plus sensibles au soleil, de certaines affections cutanées, d'antécédents familiaux de mélanome et/ou de grains de beauté inhabituels et d'antécédents d'exposition au soleil ou de coups de soleil. Le mélanome est plus fréquent chez les adolescents.

En savoir plus : facteurs de risque du mélanome

  • Couleur de la peau : les personnes dont la peau est plus foncée sont moins susceptibles de développer un mélanome. Les personnes qui ont la peau claire, les cheveux roux ou clairs, les yeux clairs et qui ont tendance à avoir des coups de soleil présentent des risques plus élevés.
  • Affections cutanées : les personnes nées avec de grandes taches sombres appelées nævus mélanocytaires sont plus susceptibles de développer un mélanome. Certaines maladies héréditaires telles que le xeroderma pigmentosum, le rétinoblastome et le syndrome de Werner peuvent également augmenter le risque.
  • Antécédents familiaux : l'existence d'antécédents familiaux de mélanome ou de grains de beauté inhabituels augmente le risque de mélanome chez une personne.
  • Exposition aux rayons UV : les rayons ultraviolets (UV) endommagent l'ADN des cellules de la peau. La lumière du soleil est la principale source d'exposition aux UV. Les cabines de bronzage sont une autre source de rayons UV. L'exposition au soleil et l'utilisation de cabines de bronzage sont un facteur de risque important de mélanome.
  • Coups de soleil : les personnes ayant des antécédents de coups de soleil sont plus susceptibles de développer un mélanome.
  • Radiothérapie et cancer antérieur : les patients traités par radiothérapie présentent un risque plus élevé de développer un mélanome à l'avenir.
  • Système immunitaire affaibli : une faible immunité due à une maladie grave ou à une transplantation peut augmenter le risque de mélanome.

Signes et symptômes du mélanome

Les signes de mélanome incluent les modifications de la peau, notamment :

  • un grain de beauté ou une bosse sur la peau dont la taille augmente ou qui change de forme, en particulier si les changements surviennent sur une courte période ;
  • un grain de beauté de forme irrégulière ou de grande taille ;
  • une bosse de couleur pâle ou rouge sur la peau ;
  • un grain de beauté ou une bosse qui provoque des démangeaisons ou qui saigne.

Un bon moyen de retenir quels sont les signes du mélanome est de vous rappeler les points suivants :

A : asymétrie
B : bords irréguliers
C : couleur qui évolue
D : diamètre (> 5 millimètres)
E : évolution ou preuve de changement

Diagnostic du mélanome

Plusieurs types de procédures et de tests sont utilisés pour diagnostiquer un mélanome. Notamment : 

  • les antécédents médicaux et un examen physique pour en savoir plus sur les symptômes, l'état de santé général, les maladies précédentes, les antécédents familiaux et d'autres facteurs de risque ; 
  • un examen de la peau afin de vérifier l'éventuelle présence de grains de beauté, de bosses et de zones de la peau qui paraissent inhabituelles ;
  • une biopsie du tissu cutané afin de poser un diagnostic de mélanome. Les cellules sont ensuite examinées à l'aide d'un microscope pour rechercher des signes de cancer. Lors de la biopsie du mélanome, il est important de prélever du tissu dans les couches profondes de la peau pour voir dans quelle mesure la tumeur s'étend depuis la surface de la peau. Cette procédure doit être effectuée par un dermatologue ayant une formation et une expertise spécifiques dans l'évaluation des mélanomes. 

Si les médecins craignent que le mélanome ne se soit propagé, des tests supplémentaires peuvent s'avérer nécessaires. Notamment :

  • Des examens sanguins incluant le taux de lactate déshydrogénase (LDH), une substance contenue dans le sang pouvant être élevée dans le mélanome.
  • Une cartographie des ganglions lymphatiques et une biopsie pour examiner la propagation du mélanome aux ganglions lymphatiques voisins. Dans cette procédure, appelée biopsie du ganglion sentinelle, un colorant spécial ou une substance radioactive est injecté à proximité du site du mélanome. Le colorant traverse le système lymphatique jusqu'aux premiers ganglions lymphatiques près de la tumeur initiale. Ces ganglions lymphatiques peuvent être retirés et analysés afin de détecter d'éventuels signes de cancer. Cette étape est importante pour déterminer le stade du mélanome et aider à planifier les traitements.
  • Les tests d'imagerie sont utilisés pour identifier la propagation du mélanome à d'autres parties du corps. Des tests sont effectués dans des cas choisis en fonction des caractéristiques de la tumeur et du taux d'atteinte des ganglions lymphatiques. Certains tests d'imagerie peuvent inclure une IRM, une tomographie par émission de positons ou une tomodensitométrie.
    • L'imagerie par résonance magnétique (IRM) permet de réaliser des images détaillées du corps à l'aide d'ondes radio et d'aimants.
    • La tomographie par émission de positons (TEP) utilise du glucose radioactif (sucre) administré par une veine pour créer des images informatisées du corps. Le glucose traverse le corps et est absorbé par les cellules qui utilisent le sucre pour l'énergie. Cela permet aux différents tissus et organes d'apparaître sous forme d'images colorées sur un écran d'ordinateur. Les cellules cancéreuses se développent et se divisent souvent plus rapidement que les autres cellules, et absorbent donc plus de glucose. La tomographie par émission de positons peut parfois détecter un cancer dans les zones du corps qui n'apparaissent pas sur une tomodensitométrie ou une IRM.
    • La tomodensitométrie (TDM) utilise des rayons X pour créer des images des organes et des tissus à l'intérieur du corps.
Tomographie par émission de positons (TEP) d'un patient pédiatrique atteint d'un mélanome métastatique. L'image est marquée pour montrer les zones où le mélanome se propage.

Tomographie par émission de positons (TEP) montrant un mélanome métastatique chez un patient pédiatrique. Les flèches vertes indiquent l'endroit où le cancer s'est propagé.

Types de mélanomes

Il existe plusieurs sous-types de mélanomes :

  • Mélanome nodulaire – les aspects de la tumeur se développent plus profondément dans la peau
  • Mélanome à extension superficielle – tend à être plus plat et plus large
  • Mélanome lentigo malin
  • Mélanome acral lentigineux – siège sur des zones telles que la plante des pieds
  • Mélanome spitzoïde (mélanome de spitz nævus)

Le mélanome spitzoïde est le type de mélanome le plus répandu chez les patients plus jeunes.

Stadification du mélanome

Le mélanome peut être classé comme étant de stade I ou II (mélanome cutané uniquement), de stade III (le mélanome s'est propagé aux ganglions lymphatiques) ou de stade IV (mélanome métastatique).

Les facteurs qui déterminent le stade du mélanome comprennent :

  • l'épaisseur de la tumeur ou la profondeur du mélanome dans la peau ;
  • si la tumeur s'est fissurée ou a traversé la couche supérieure de la peau (ulcérée) ;
  • si la tumeur s'est propagée aux ganglions lymphatiques ;
  • si la tumeur s'est propagée à d'autres parties du corps.

Description du mélanome par stade

Stade Description
Stade 0
  • Mélanome in situ : mélanocytes anormaux présents uniquement dans la couche externe de la peau
Stade IA
  • Épaisseur du mélanome inférieure ou égale à 1 millimètre ; aucune ulcération
Stade IB
  • Épaisseur du mélanome inférieure ou égale à 1 millimètre avec ulcération
  • Épaisseur du mélanome de 1 à 2 millimètres ; aucune ulcération
Stade IIA
  • Épaisseur du mélanome de 1 à 2 millimètres avec ulcération
  • Épaisseur du mélanome de 2 à 4 millimètres ; aucune ulcération
Stade IIB
  • Épaisseur du mélanome de 2 à 4 millimètres avec ulcération
  • Épaisseur du mélanome supérieure à 4 millimètres ; aucune ulcération
Stade IIC
  • Épaisseur du mélanome supérieure à 4 millimètres avec ulcération
Stade III
  • Le mélanome s'est propagé aux ganglions lymphatiques
  • Les ganglions lymphatiques peuvent être assemblés ou mis en relation
  • Le cancer se trouve dans le système lymphatique à au moins 2 centimètres de la tumeur principale ou
  • Les petites tumeurs se trouvent à moins de 2 centimètres de la tumeur principale
Stade IV
  • Le mélanome s'est propagé à d'autres parties du corps, notamment les poumons, le foie, le cerveau, les os, les tissus mous ou des sites distants de la peau

Pronostic du mélanome

Les chances de rétablissement après un mélanome dépendent de nombreux facteurs, notamment :

  • l'épaisseur de la tumeur ;
  • l'emplacement de la tumeur ;
  • si le cancer s'est propagé aux ganglions lymphatiques ou à d'autres parties du corps (métastatique) et le nombre de sites métastatiques ;
  • la possibilité de pratiquer une intervention chirurgicale pour retirer complètement la tumeur ;
  • le taux de lactate déshydrogénase (LDH) dans le sang.

Globalement, le stade de la maladie est le facteur le plus important pour le pronostic. Les patients atteints d'un mélanome localisé qui ne s'est pas propagé ont un excellent pronostic avec des taux de survie supérieurs à 90 %. Cependant, les patients présentant une propagation distante de la maladie sont plus difficiles à traiter.

Traitement du mélanome

Le traitement du mélanome dépend de son emplacement, des caractéristiques de la tumeur (modifications des gènes et histologie) et du stade de la maladie. 

  1. L'intervention chirurgicale est le traitement principal du mélanome. Le mélanome peut pénétrer plusieurs couches de la peau. Afin d'éliminer tout le cancer, une grande partie de la peau peut être retirée autour du mélanome. Une greffe de peau peut être nécessaire pour refermer la plaie. Une biopsie des ganglions lymphatiques ainsi que leur ablation (dissection) peuvent également être nécessaires. Les patients atteints de tumeurs localisées (stades I et II) qui ne se sont pas propagées peuvent être traités par chirurgie uniquement.

    Si le mélanome s'est propagé aux ganglions lymphatiques ou à d'autres parties du corps, des traitements supplémentaires sont nécessaires, notamment l'immunothérapie et/ou la chimiothérapie.

  2. L'immunothérapie utilise le propre système immunitaire du corps pour tuer les cellules cancéreuses. Divers agents d'immunothérapie sont à l'étude dans le mélanome. Certains médicaments bloquent les signaux qui contrôlent la croissance des cellules cancéreuses. D'autres agents utilisent des protéines spéciales qui se fixent aux cellules cancéreuses pour permettre aux cellules immunitaires de reconnaître et de tuer le cancer.

  3. Les traitements ciblés sont des médicaments qui agissent sur des caractéristiques spécifiques des cellules tumorales telles que les gènes et les protéines, ou qui les ciblent. Certains patients atteints de mélanome présentent une mutation du gène BRAF. Les cellules produisent alors une protéine anormale. Les médicaments qui bloquent la protéine BRAF anormale comprennent des inhibiteurs de la protéine BRAF (vémurafénib, dabrafénib) et des inhibiteurs de la protéine MEK (tramétinib, cobimétinib). Environ la moitié des mélanomes impliquent une mutation de la protéine BRAF. Un traitement ciblé peut alors être utile pour ces patients.

  4. La chimiothérapie (« chimio ») peut être utilisée pour traiter un mélanome métastatique. Cependant, le mélanome ne répond pas toujours à la chimiothérapie. Selon l'emplacement de la tumeur et le stade de la maladie, la chimiothérapie peut être systémique ou régionale. La chimiothérapie systémique fonctionne dans tout le corps. Elle peut être administrée par injection ou par voie orale. La chimiothérapie régionale fonctionne principalement sur les cellules cancéreuses d'une zone du corps.

  5. La radiothérapie peut être utilisée pour traiter un mélanome qui s'est propagé aux ganglions lymphatiques ou à d'autres parties du corps, comme le cerveau.

Un traitement du mélanome dans le cadre d'un essai clinique peut être proposé aux enfants.

La vie après un mélanome

Prévention du mélanome

Les survivants d'un mélanome présentent un risque plus élevé de récidive. Les personnes ayant survécu à un mélanome doivent se faire examiner régulièrement par un dermatologue, au moins tous les 6 mois. Les survivants doivent vérifier leur peau régulièrement et consulter un médecin dès l'apparition de tout signe de changement. Voici quelques moyens simples pour prévenir le mélanome :

  • limiter l'exposition au soleil ; 
  • mettre de la crème solaire ;
  • éviter les cabines de bronzage ;
  • connaître votre peau ;
  • vérifier les médicaments présentant une sensibilité accrue au soleil.

Consultez le Guide d'auto-examen Kid's Guide to Self-Screening de la Melanoma Research Foundation.

Savez-vous comment protéger votre peau du soleil ? En savoir plus sur la sécurité au soleil :

Effets tardifs du traitement

Pour leur état de santé général et la prévention des maladies, tous les survivants d'un cancer doivent adopter des habitudes alimentaires et un mode de vie sains, et doivent également continuer à effectuer régulièrement des contrôles et des dépistages physiques auprès d'un médecin traitant, au moins une fois par an.

Les survivants d'un cancer pédiatrique traité par chimiothérapie ou radiothérapie doivent faire l'objet d'une surveillance afin de détecter les effets aigus et tardifs du traitement. 


Révision : juin 2018