Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Gestion de la douleur sans médicament

Techniques de gestion de la douleur

Les centres anti-cancer pédiatrique proposent de nombreux traitements contrela douleurqui n'impliquent pas de médicaments. Ces stratégies visent à aider les enfants et les adolescents à contrôler leur corps et la réponse de l'esprit à la douleur.  

La douleur peut être un trouble complexe à gérer. Il faut parfois tenter différentes approches ou combinaisons d'approches avant d'en trouver une qui soit efficace. Le cas échéant, les patients peuvent être orientés vers des spécialistes de l'enfance, de la physiothérapie, de l'ergothérapie, de la psychologie ou des soins infirmiers afin d'apprendre les techniques de gestion de la douleur. Les ministres du culte ou les travailleurs sociaux peuvent être consultés pour répondre aux besoins de soutien spirituel ou familial.

Certaines techniques de gestion de la douleur sont parfois disponibles en dehors du centre anti-cancer pédiatrique. Toutefois, les familles des patients doivent consulter leur équipe médicale avant d'utiliser d'autres prestataires ou d'essayer d'appliquer des méthodes par eux-mêmes.

Les techniques les plus couramment utilisées sont les suivantes :  

  • Distraction : cette stratégie encourage les patients à se concentrer sur quelque chose d'autre afin de ne pas ressentir leur inconfort. 
    • Parfois, il peut s'agir de compter, de chanter ou de s'amuser avec un jouet au cours d'une courte procédure, telle qu'une piqûre. 
    • Lorsque le patient ressent des épisodes de douleur plus longs, il peut également s'agir de participer à son activité favorite, comme regarder un film, parler avec sa famille et ses amis ou jouer à des jeux vidéo ou de société.
  • Relaxation : cette approche peut consister à respirer profondément, à méditer ou à écouter une musique ou des sons apaisants. Cela peut soulager l'anxiété et réduire la tension musculaire.
  • Modélisation : quelqu'un modélise ou montre des moyens utiles pour faire face à la douleur. Cette approche peut impliquer l'observation d'un autre patient ou d'un soignant. Cette technique fonctionne mieux lorsque le « modeleur » exprime une certaine détresse au sujet d'une procédure, puis montre ou explique comment elle s'est adaptée. L'idée consiste à ce que le patient voit la réponse, afin de pouvoir utiliser cette stratégie pour surmonter la douleur.
  • Froid/chaleur :
    • Le froid peut aider à soulager la douleur causée par une inflammation, un gonflement, une blessure ou une douleur résultant d'une procédure spécifique. Les poches de glace ou la glace pilée dans une serviette sont des moyens courants permettant d'appliquer du froid sur une zone douloureuse.
    • La chaleur peut aider à soulager la douleur, car elle augmente le flux sanguin. Prendre un bain chaud ou appliquer des serviettes chaudes peut être efficace. Consultez un médecin avant d'utiliser un coussin chauffant.
  • Exercice : l'exercice physique, comme la marche, le cyclisme ou le yoga, peut aider à renforcer les muscles, à détendre les articulations raides et à augmenter le flux sanguin.
    • Régulation de l'activité : il est important d'avoir un bon équilibre entre le repos et l'activité. Un plan de progression aide les patients à définir des niveaux d'activité en fonction d'objectifs prédéfinis afin qu'ils puissent augmenter leur niveau d'activité, lentement et en toute sécurité.
  • Visualisation/imagerie guidée : cette approche apprend aux patients à se concentrer ou à imaginer des images, des sons, des goûts, des odeurs ou d'autres sensations agréables. Cela est plus efficace si les patients utilisent les cinq sens.
  • Massage : le massage utilise une pression douce afin d'augmenter le débit des liquides corporels, d'étirer les tissus et de détendre le corps.
  • Rétroaction biologique : la rétroaction biologique est une technique utilisée pour former l'esprit à contrôler la façon dont le corps réagit aux facteurs de stress tels que la douleur.
    • Lors d'une séance de rétroaction biologique, des capteurs sont fixés sur la peau pour mesurer la réponse du patient au stress en suivant des indicateurs tels que la fréquence cardiaque. Lorsque les patients ont recours à des méthodes telles que la respiration profonde ou la visualisation, ils peuvent voirsur l'écrande l'ordinateur si la stratégie provoque la diminution de la fréquence cardiaque. Les patients peuvent voir quelles approches sont les plus efficaces et apprendre à les utiliser pour contrôler la réponse de leur corps à la douleur. 
  • Hypnose médicale : l'hypnose est un ensemble de techniques conçues pour améliorer la concentration, minimiser les distractions et renforcer la prise de conscience pour influencer les pensées, les sentimentsetle comportement à l'égard de la douleur.
  • Thérapie comportementale cognitive (TCC) : la TCC peut inclure de nombreuses techniques, telles que le recadrage ou la restructuration des pensées. Ces stratégies permettent au patient de surveiller et d'évaluer les pensées et les attitudes négatives ou illogiques et de les remplacer par des pensées plus positives.

L'équipe chargée de la gestion de la douleur peut également suggérer de tenir un journal de la douleur afin de déterminer les meilleures façons de la gérer.


Révision : juin 2018