Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Scintigraphie à la MIBG

Une scintigraphie à la MIBG est un test qui permet de localiser et de diagnostiquer certains types de tumeurs. Il peut également indiquer si le cancer répond au traitement.

Les lettres MIBG signifient méta-iodobenzylguanidine. Il s'agit d'une protéine absorbée par certaines tumeurs, en particulier le neuroblastome. La scintigraphie permet de révéler s'il y a un neuroblastome à l'intérieur du corps et s'il s'est étendu à l'os et à d'autres organes.

Scintigraphie à la MIBG d'un patient pédiatrique avec neuroblastome

Scintigraphie à la MIBG d'un patient pédiatrique avec neuroblastome

Comment est effectuée une scintigraphie à la MIBG ?

Le test est réalisé en 2 phases sur une période de 2 jours, mais les patients n'ont pas besoin d'être admis à l'hôpital pour le test.

Le premier jour du test, les patients reçoivent une injection d'un traceur, c'est-à-dire le composé MIBG associé à une très petite quantité de substance radioactive (iode radioactif). Les cellules du neuroblastome doivent absorber le traceur et s'afficher lors de l'acquisition. Le deuxième jour de la procédure, l'acquisition est réalisée sur les patients. Celle-ci utilise une caméra gamma qui photographie les zones où le traceur a été absorbé. Les médecins recherchent des zones claires pouvant indiquer un cancer. 

Dans la mesure où une très petite quantité d'iode radioactif est utilisée, la scintigraphie à la MIBG est considérée comme un test de médecine nucléaire. Les spécialistes de la médecine nucléaire utilisent le principe ALARA (As Low As Reasonably Achievable, c'est-à-dire « aussi faible que raisonnablement possible »). Ils sélectionnent soigneusement la quantité de radiotraceur nécessaire pour fournir un test précis avec une exposition aux rayonnements la plus faible possible. Le dosage est déterminé par le poids du patient, la raison de l'étude et la partie du corps à observer. Les équipes médicales ont effectué ces procédures depuis plus de 50 ans chez l'adulte et plus de 40 ans chez le nourrisson et l'enfant sans effets indésirables connus.
Source : Society of Nuclear Medicine and Molecular Imaging

Que se passe-t-il durant la scintigraphie à la MIBG ?

  • Le premier jour, le patient reçoit une injection du traceur par voie intraveineuse. Le patient peut retourner à son logement (ou son domicile) après l'injection.
  • Le patient revient au centre le jour suivant pour l'acquisition. Une période d'attente de 24 heures est nécessaire pour permettre au traceur de se propager dans tout le corps.
  • Le patient est allongé sur une table et doit rester immobile durant le test, ce qui peut durer 1 à 2 heures en fonction de la taille du patient. Le technicien ou l'infirmière sécurisera le patient à l'aide de ceintures de sécurité souples. La table se déplacera lentement à travers un appareil appelé scanner.
  • Une scintigraphie à la MIBG est indolore. Mais il peut être difficile pour le patient de rester immobile. C'est pourquoi les jeunes enfants peuvent être sous sédation. Si le patient bouge, les images seront floues et le test devra être à nouveau réalisé.
  • Après le test, les patients peuvent partir et reprendre des activités normales, sauf s'ils ont été sédatés. Les patients ayant été mis sous sédation doivent se remettre de l'anesthésie.

Comment les patients et les familles doivent-ils se préparer à une scintigraphie à la MIBG ?

  • Médicaments, allergies et pathologies médicales : les familles doivent informer l'équipe de traitement d'allergies à des médicaments ou d'autres pathologies médicales du patient, y compris de la possibilité de grossesse de la patiente. Ils doivent également informer le médecin de tout médicament pris par le patient, y compris ceux sans ordonnance.

Certains médicaments peuvent interférer avec unescintigraphieà la MIBG. Ces médicaments incluent certains antidépresseurs, les médicaments anti-nauséeux et pour la tension artérielle : amitriptyline, (Elavil®), imipramine (Tofranil®), désipramine (Norpramin®), nortriptyline (Aventyl® ou Pamelor®), labétalol (Trandate®), prométhazine (Phenergan®), chlorpromazine (Thorazine® ou Largactil®), thioridazine (Mellaril®), halopéridol (Haldol®), prochlorpérazine (Compazine® ou Compro®).

Si le patient prend l'un de ces médicaments, les parents ne doivent pas cesser de lui donner sur leur propre décision. Un membre du personnel de la pharmacie doit contacter les parents pour passer en revue les médicaments de leur enfant. Le membre de l'équipe indiquera aux parents s'ils doivent cesser de donner certains médicaments à leur enfant. Les parents doivent consulter le médecin de leur enfant, une infirmière ou un membre du personnel de la pharmacie pour toute question.

Les patients ne doivent pas prendre de médicaments contenant de la pseudoéphédrine ou de la phényléphrine, qui se trouvent dans de nombreux médicaments contre le rhume vendus sans ordonnance. Ces substances peuvent interférer avec l'acquisition. Les parents doivent consulter le pharmacien de leur enfant avant de commencer toute prescription ou tout médicament sans ordonnance.

  • Vérifier l'assurance : les parents doivent consulter leur compagnie d'assurance à l'avance pour connaître le montant du test qui sera couvert et le montant qui sera à leur charge.
  • Poser des questions : les parents et les patients doivent discuter avec l'équipe médicale de leurs préoccupations ou questions.
  • Expliquer la procédure aupatient: le jour de l'acquisition, les parents doivent s'assurer que le patient connaît la raison de la scintigraphie à la MIBG. Les parents peuvent demander conseil à un spécialiste de l'enfance.
  • Prendre les médicaments prescrits pour protéger la thyroïde : le médecin peut prescrire des gouttes d'iodure de potassium à commencer à prendre quelques jours avant l'injection jusqu'au jour suivant l'acquisition.  Les gouttes protègentla thyroïdede l'absorption de l'iode radioactif faisant partie du test à la MIBG.

Jour de l'injection

  • Le patient et le parent doivent arriver quelques minutes en avance afin d'avoir du temps pour l'enregistrement.
  • Il peut être demandé aux parents de signer un formulaire de consentement indiquant qu'ils ont conscience des avantages et des risques de l'acquisition et qu'ils acceptent d'effectuer le test.
  • Le patient et le parent devront attendre dans la salle d'attente jusqu'à ce qu'ils soient appelés. Une infirmière ou un technicien en médecine nucléaire les accueillera et expliquera le déroulement. Un spécialiste de l'enfance peut également être présent.
  • Tout d'abord, une infirmière ou un technicien injectera le traceur par voie intraveineuse.
  • Après l'injection, la voie intraveineuse sera retirée. Le parent et le patient peuvent quitter la zone et reprendre des activités normales.
  • Les femmes enceintes ne doivent pas être en contact direct avec le patient à partir du moment de l'injection de la MIBG et ce jusqu'à ce que le personnel de médecine nucléaire leur en donne l'instruction. La plupart du temps, il s'agit d'environ 12 heures.

Jour de l'acquisition

  • Le patient doit porter des vêtements amples et confortables et laisser tout bijou et objet métallique à la maison. Avant le test, les patients retireront tout bijou et tout autre objet métallique. Parfois, les patients portent une blouse d'hôpital.
  • Le patient et le parent doivent arriver quelques minutes en avance afin d'avoir du temps pour l'enregistrement.
  • Il peut être demandé aux parents de signer un formulaire de consentement indiquant qu'ils ont conscience des avantages et des risques de l'acquisition à la MIBG et qu'ils acceptent d'effectuer le test.
  • Le patient et le parent devront attendre dans la salle d'attente jusqu'à ce qu'ils soient appelés. Une infirmière ou un technicien en médecine nucléaire les accueillera et expliquera le déroulement. Un spécialiste de l'enfance peut également être présent.
  • Le patient sera allongé sur la table du scanner. Une caméra gamma prendra des photos qui aideront les médecins à déterminer s'il y a un cancer et s'il s'est étendu aux os ou à d'autres parties du corps.

Après l'acquisition

Les résultats de l'acquisition seront interprétés par un médecin en médecine nucléaire. Le médecin préparera un rapport et le partagera avec le médecin ayant demandé le test. L'oncologue du patient communiquera les résultats à la famille.


Together
ne soutient aucun des produits de marque mentionnés dans cet article.


Révision : juin 2018