Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Somnolence diurne excessive, hypersomnie et narcolepsie

Qu'est-ce qu'une somnolence diurne excessive ?

Une somnolence diurne excessive, ou SDE, est une maladie qui provoque une somnolence importante au cours de la journée. Une personne peut dormir plus longtemps la nuit, faire des siestes pendant la journée ou s'endormir à des moments inhabituels ou inappropriés, comme à l'école ou au travail. Certaines personnes souffrant de SDE peuvent avoir des « microsommeils » où elles s'endorment très brièvement et ne savent même pas qu'elles ont dormi. Après un microsommeil, elles peuvent avoir l'impression d'avoir eu une absence ou un instant d'inattention.

Contrairement à la fatigue, la SDE ne disparaît pas avec quelques heures de sommeil supplémentaires. Toutefois, un sommeil plus profond et des habitudes de sommeil saines peuvent améliorer la vigilance et les activités quotidiennes.

L'hypersomnie et la narcolepsie sont des troubles du sommeil qui provoquent une somnolence diurne excessive. Les enfants et les adolescents atteints de cancer sont plus susceptibles de souffrir d'hypersomnie ou de narcolepsie que les enfants en bonne santé. Ces troubles sont les plus fréquents chez les enfants atteints de certains types de tumeurs cérébrales.

En savoir plus sur l'hypersomnie

En savoir plus sur la narcolepsie

Un test appelé test itératif de la latence d'endormissement (TILE) peut être utilisé pour savoir si un enfant souffre d'hypersomnie ou de narcolepsie.

Outre des habitudes de sommeil saines et des capacités d'adaptation, le traitement peut inclure des médicaments pour accroître l'attention et la vigilance au cours de la journée.

Un enfant ou un adolescent souffrant d'hypersomnie ou de narcolepsie peut également avoir besoin de mesures d'adaptation spéciales à l'école pour faciliter l'apprentissage et la concentration. Des siestes programmées à l'école, un démarrage des cours plus tardif, des journées d'école plus courtes ou du temps supplémentaire pour les devoirs ou les examens peuvent contribuer à améliorer les résultats scolaires.

Hypersomnie

 

Qu'est-ce que l'hypersomnie ?

L'hypersomnie est un trouble du sommeil qui provoque une somnolence de la personne au cours de la journée. On parle alors de somnolence diurne excessive ou SDE. Une personne souffrant d'hypersomnie a souvent besoin de dormir et se sent rarement bien reposée. Ce trouble entraîne un endormissement plus rapide qu'à l'accoutumée et provoque des problèmes dans les activités quotidiennes.

Une étude du sommeil est utilisée pour évaluer si la somnolence diurne excessive est due à l'hypersomnie ou à la narcolepsie. La narcolepsie est diagnostiquée si une personne parvient au sommeil paradoxal plus rapidement que d'habitude.

En savoir plus sur la narcolepsie

Symptômes d'hypersomnie

Les symptômes de l'hypersomnie sont les suivants :

  • Extrême somnolence pendant la journée (somnolence diurne excessive)
  • Difficultés à se réveiller ou à rester éveillé
  • Sensation d'étourdissement ou de confusion après le réveil
  • Dormir plus longtemps pendant la nuit ou la journée
  • Sensation d'être mal reposé après le sommeil
  • Difficultés à réfléchir ou à se concentrer (« brouillard mental »)
  • Sensation de faible énergie ou de léthargie
  • Difficultés à effectuer des tâches ou à suivre le rythme à l'école ou au travail

Causes de l'hypersomnie

Divers facteurs peuvent influencer le cycle veille/sommeil, et contribuer à l'hypersomnie. Notamment :

  • Lésion cérébrale due aux effets d'une tumeur, d'un AVC, d'une chirurgie, d'un rayonnement ou d'un traumatisme crânien
  • Médicaments tels que les corticostéroïdes ou les médicaments antidouleur
  • Changements hormonaux
  • Dépression ou anxiété
  • Alcoolisme ou toxicomanie
  • Mauvaises habitudes de sommeil et troubles du sommeil tels que l'insomnie ou l'apnée du sommeil

Les enfants atteints de certains types de tumeurs cérébrales, comme le craniopharyngiome, présentent un risque élevé d'hypersomnie. Ces tumeurs se développent près de l'hypothalamus, une structure cérébrale qui aide à réguler le sommeil.

L'hypersomnie peut parfois se développer sans cause connue, on parle alors d'hypersomnie idiopathique.

Diagnostic de l'hypersomnie

Un médecin procédera à un examen des antécédents médicaux et à un examen physique. Des examens sanguins peuvent être utilisés pour rechercher des modifications de la numération globulaire, des hormones et des fonctions organiques. Un examen des médicaments peut aider à déterminer si la somnolence peut être un effet secondaire de certains médicaments pris par le patient.

Les tests spécifiques au sommeil et aux modes de sommeil peuvent inclure :

  • Entretien avec le patient et sa famille ou questionnaire d'évaluation des symptômes
  • Journal du sommeil pour suivre le sommeil de jour et de nuit
  • Étude du sommeil pour mesurer l'activité cérébrale, musculaire, cardiaque et respiratoire pendant le sommeil nocturne (polysomnographie)
  • Test itératif de la latence d'endormissement (TILE) afin de mesurer le temps nécessaire au patient pour s'endormir

Traitement de l'hypersomnie

Changements de mode de vie pour l'hypersomnie

Les siestes de jour programmées et l'exercice physique peuvent contribuer à améliorer la vigilance au cours de la journée. Les patients ne doivent pas effectuer d'activités qui pourraient être dangereuses, comme faire de la bicyclette, conduire, cuisiner ou nager en cas de doute sur la vigilance. La thérapie comportementale et cognitive (TCC) peut aider les patients et les familles à acquérir des compétences pour améliorer les habitudes de sommeil et faire face aux effets de l'hypersomnie. 

Médicaments pour traiter l'hypersomnie

Un médecin peut également prescrire un médicament stimulant tel que le modafinil (Provigil®) ou le méthylphénidate (Ritalin®) pour accroître l'attention et la vigilance. Les patients doivent prendre le médicament conformément à la prescription, et s'adresser à leur médecin ou leur pharmacien avant d'apporter des modifications à la dose ou l'heure de prise du traitement.

Adaptations scolaires pour l'hypersomnie

Un enfant ou un adolescent souffrant d'hypersomnie peut également avoir besoin de mesures d'adaptation à l'école. Les familles doivent collaborer avec les écoles pour élaborer un plan 504. Les exemples d'aménagement incluent des siestes programmées à l'école, un démarrage des cours plus tardif, des journées d'école plus courtes ou du temps supplémentaire pour les devoirs ou les examens.

Conseils pour un sommeil sain

  • Déterminez le temps de sommeil dont vous avez besoin. Les enfants et les adolescents ont besoin de plus de sommeil que les adultes, et ceux atteints de cancer peuvent nécessiter un sommeil encore plus important. Consultez votre médecin pour connaître les heures de sommeil recommandées par jour, notamment les siestes et le sommeil de nuit.
  • Créez un environnement de sommeil confortable. Définissez un endroit calme, frais et confortable juste pour dormir. Prenez des mesures pour limiter la lumière et le bruit pendant la nuit.
  • Évitez la caféine et la nicotine, surtout la nuit. Évitez les aliments et les boissons contenant de la caféine après 16h00 ou dans les 6 heures qui précèdent le coucher.
  • Faites de l'exercice. L'activité physique pendant la journée peut améliorer le sommeil la nuit. Évitez les exercices intenses avant de vous coucher.
  • Passez du temps à l'extérieur. L'exposition à la lumière du soleil ou à une lumière vive pendant la journée permet de mieux réguler le cycle veille/sommeil de votre organisme.
  • Instaurez une routine relaxante avant le coucher. Veillez à éteindre le téléviseur et à ranger les appareils électroniques. Travaillez avec les enfants sur des stratégies d'auto-apaisement.

En savoir plus sur les habitudes de sommeil saines

 

Ressources pour des informations complémentaires sur l'hypersomnie

Narcolepsie

 

Qu'est-ce que la narcolepsie ?

La narcolepsie est un trouble neurologique qui perturbe le cycle sommeil-éveil et provoque une somnolence diurne excessive. Une personne peut se sentir très fatiguée au cours de la journée (somnolence diurne excessive) et avoir des difficultés à rester éveillée. Des « accès de sommeil » dûs à une somnolence extrême peuvent survenir brusquement. Certaines personnes souffrant de narcolepsie s'endorment à des moments ou dans des lieux inhabituels. La narcolepsie peut provoquer une interruption du sommeil et des réveils fréquents la nuit. La narcolepsie est diagnostiquée chez une personne souffrant d'hypersomnie si celle-ci parvient au sommeil paradoxal plus rapidement que la normale la nuit et lors de siestes au cours de la journée.

Symptômes de la narcolepsie

Les symptômes de la narcolepsie sont les suivants :

  • Sensation de grande fatigue au cours de la journée (somnolence diurne excessive)
  • Épisodes soudains de somnolence ou endormissements à des heures et dans des lieux inhabituels (accès de sommeil)
  • Faiblesse musculaire soudaine ou incapacité à bouger (cataplexie) ; ce phénomène est moins fréquent dans la narcolepsie causée par des tumeurs cérébrales
  • Réveils fréquents pendant la nuit ou sommeil interrompu
  • Brefs épisodes d'incapacité à bouger ou parler pendant l'endormissement ou le réveil (paralysie du sommeil)
  • Hallucinations lors de l'endormissement la nuit (hallucinations hypnagogiques)
  • Difficultés à travailler

Causes de la narcolepsie

Les causes de la narcolepsie ne sont pas entièrement comprises. La narcolepsie peut parfois être héréditaire, mais se développe souvent sans cause connue.

Les lésions de l'hypothalamus, une structure cérébrale qui contribue à réguler le sommeil, peuvent accroître les risques de narcolepsie. Certains types de narcolepsie impliquent une modification de l'hypocrétine du neurotransmetteur, un signal chimique produit dans l'hypothalamus.

Les enfants présentant un type de tumeur cérébrale appelé craniopharyngiome sont exposés à un risque de narcolepsie. Ces tumeurs se développent près de l'hypothalamus. La narcolepsie peut survenir en raison des effets de la tumeur proprement dite ou se développer à la suite d'une intervention chirurgicale visant à éliminer la tumeur.

Diagnostic de la narcolepsie

Un médecin procédera à un examen des antécédents médicaux et à un examen physique. Des examens sanguins peuvent être utilisés pour rechercher des modifications de la numération globulaire, des hormones et des fonctions organiques. Un examen des médicaments peut aider à déterminer si la somnolence peut être un effet secondaire de certains médicaments pris par le patient.

Une ponction lombaire peut être pratiquée pour mesurer la quantité d'hypocrétine (également appelée orexine) dans le liquide céphalorachidien. De faibles niveaux d'hypocrétine peuvent indiquer un type de narcolepsie.

Les tests spécifiques au sommeil et aux modes de sommeil peuvent inclure :

  • Entretien avec le patient et la famille pour évaluer les symptômes
  • Journal du sommeil pour suivre le sommeil de jour et de nuit
  • Étude du sommeil pour mesurer l'activité cérébrale, musculaire, cardiaque et respiratoire pendant le sommeil nocturne (polysomnographie)
  • Test itératif de la latence d'endormissement (TILE) afin de mesurer le temps nécessaire au patient pour s'endormir

Dans la narcolepsie, les patients s'endorment rapidement et entrent dans un sommeil paradoxal, une phase spécifique du cycle de sommeil normal. Les personnes ne souffrant pas de troubles du sommeil mettent davantage de temps à entrer dans un sommeil paradoxal et sont moins susceptibles d'entrer dans un sommeil paradoxal lors de siestes dans la journée.

Traitement de la narcolepsie

Changements de mode de vie pour la narcolepsie

Les siestes de jour programmées et l'exercice physique peuvent contribuer à améliorer la vigilance au cours de la journée. Les patients ne doivent pas effectuer d'activités qui pourraient être dangereuses, comme faire de la bicyclette, conduire, cuisiner ou nager en cas de doute sur la vigilance. La thérapie comportementale et cognitive (TCC) peut aider les patients et les familles à acquérir des compétences pour améliorer les habitudes de sommeil et faire face aux effets de la narcolepsie.

Médicaments pour traiter la narcolepsie

Un médecin peut prescrire un médicament stimulant comme le modafinil (Provigil®) ou le méthylphénidate (Ritalin®) pour accroître l'attention et la vigilance. L'oxybate de sodium (XYREM®) est un autre type de médicament qui peut être utilisé pour traiter la narcolepsie. Les patients doivent prendre les médicaments conformément à la prescription et consulter leur médecin ou leur pharmacien avant d'apporter des modifications à la dose ou l'heure de prise du traitement.

Adaptations scolaires pour la narcolepsie

Un enfant ou un adolescent souffrant de narcolepsie peut également avoir besoin de mesures d'adaptation spéciales à l'école. Les familles doivent collaborer avec les écoles pour élaborer un plan 504. Les exemples d'aménagement incluent des siestes programmées à l'école, un démarrage des cours plus tardif, des journées d'école plus courtes ou du temps supplémentaire pour les devoirs ou les examens.

Conseils pour un sommeil sain

  • Déterminez le temps de sommeil dont vous avez besoin. Les enfants et les adolescents ont besoin de plus de sommeil que les adultes, et ceux atteints de cancer peuvent nécessiter un sommeil encore plus important. Consultez votre médecin pour connaître les heures de sommeil recommandées par jour, notamment les siestes et le sommeil de nuit.
  • Créez un environnement de sommeil confortable. Définissez un endroit calme, frais et confortable juste pour dormir. Prenez des mesures pour limiter la lumière et le bruit pendant la nuit.
  • Évitez la caféine et la nicotine, surtout la nuit. Évitez les aliments et les boissons contenant de la caféine après 16h00 ou dans les 6 heures qui précèdent le coucher.
  • Faites de l'exercice. L'activité physique pendant la journée peut améliorer le sommeil la nuit. Évitez les exercices intenses avant de vous coucher.
  • Passez du temps à l'extérieur. L'exposition à la lumière du soleil ou à une lumière vive pendant la journée permet de mieux réguler le cycle veille/sommeil de votre organisme.
  • Instaurez une routine relaxante avant le coucher. Veillez à éteindre le téléviseur et à ranger les appareils électroniques. Travaillez avec les enfants sur des stratégies d'auto-apaisement.

En savoir plus sur les habitudes de sommeil saines

 

Ressources pour des informations complémentaires sur la narcolepsie


Ensemble
ne soutient aucun des produits de marque mentionnés dans cet article.


Révision : juin 2019