Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Tests de diagnostic des infections

Comment les infections sont-elles diagnostiquées ?

Lorsque les médecins soupçonnent une infection chez un patient atteint d'un cancer pédiatrique, ils peuvent avoir besoin d'identifier le germe responsable de l'infection. Connaître la source de l'infection peut aider les médecins à déterminer le traitement approprié.

Une infection peut mettre la vie des patients en danger. Certains cancers et traitements peuvent endommager gravement le système immunitaire et rendre les patients vulnérables à des infections graves.

Pour trouver la source de l'infection, certains tests et procédures peuvent être nécessaires. Le type spécifique de tests et procédures dépend des signes et des symptômes du patient ainsi que du type d'infection suspectée par les médecins.

En raison de la nature critique des infections, les médecins peuvent immédiatement commencer un plan de traitement antimicrobien à large spectre capable de tuer de nombreux germes ou d'arrêter leur croissance, et ce, avant même que l'équipe de soins ne commence les tests et les procédures pour déterminer la cause de l'infection.

Antécédents médicaux et examen physique

Les prestataires de soins commencent généralement par analyser les antécédents médicaux et réaliser un examen physique. Ils recherchent des signes et des symptômes qui indiquent le foyer d'infection. Il peut s'agir, sans s'y limiter, des éléments suivants :

  • Lésions cutanées ou ulcères
  • Douleurs dans la région pelvienne ou de l'abdomen
  • Douleurs au niveau du visage ou des sinus
  • Rougeur ou gonflement des yeux
  • Signes et symptômes respiratoires

Après l'examen, les prestataires de soins peuvent demander certains tests pour obtenir plus d'informations.

Pour diagnostiquer une infection, les médecins commencent généralement par les antécédents médicaux et un examen physique.

Si une infection est suspectée, les prestataires de soins commencent généralement par les antécédents médicaux et un examen physique, qui peuvent être suivis par des tests permettant d'obtenir plus d'informations.

Tests et procédures

Hémoculture

L'hémoculture est le test le plus courant pour diagnostiquer une infection. Il consiste à prélever du sang du patient et à envoyer l'échantillon de sang au laboratoire.

Des tests supplémentaires peuvent être effectués en fonction des signes et des symptômes du patient.

Tests d'infection urinaire

Si une infection urinaire est suspectée, l'équipe de soins prélèvera un échantillon d'urine auprès du patient pour effectuer des tests tels qu'une uroculture et/ou une analyse d'urine.

Tests d'infection respiratoire

Si le patient présente des symptômes respiratoires tels qu'une toux ou un écoulement nasal, les médecins peuvent procéder à un lavage ou un prélèvement (écouvillonnage) nasopharyngé. Cela permet d'obtenir un échantillon de cellules et de sécrétions provenant de l'espace situé derrière la gorge et relié au passage nasal. Cet espace est appelé le nasopharynx.

Dans certains cas, les médecins peuvent également prescrire des tests et des procédures supplémentaires, tels qu'une radiographie thoracique, une tomodensitométrie ou une bronchoscopie, afin de rechercher les sources d'infection.

Tests d'infection cutanée

Si les médecins décèlent des signes d'infection cutanée, ils peuvent effectuer une biopsie de la zone cutanée anormale afin de rechercher les causes d'infection.

Tests d'infection des plaies

Si une plaie présente des signes d'infection, les médecins en recueilleront le liquide pour l'envoyer au laboratoire afin qu'il y soit analysé.

Pour effectuer une culture de plaie, un membre de l'équipe de soins nettoiera la plaie, prélèvera du liquide à l'aide d'un écouvillon, le placera dans une préparation de culture et l'envoiera au laboratoire.

Tests d'infection gastro-intestinale

Si un patient présente des signes et des symptômes tels que de la diarrhée, un échantillon de selles peut être recueilli pour la culture ou d'autres types de tests.

Un échantillon de selles fraîches doit être recueilli dans un récipient propre qui n'a pas été contaminé par d'autres substances telles que l'urine et l'eau ou par contact avec les toilettes ou une couche. Une fois l'échantillon recueilli, il sera envoyé en laboratoire. Un échantillon de selles peut également être prélevé dans le rectum à l'aide d'un écouvillon.

Les médecins peuvent demander une TDM de l'abdomen et du bassin pour rechercher des signes d'infection.

Tests d'infection du système nerveux central (SNC)

Si les médecins soupçonnent une infection du SNC, ils peuvent demander une ponction lombaire ou des examens d'imagerie tels qu'une IRM du cerveau.

Parfois, tous les résultats de test sont négatifs. Cela signifie que le type de germes à l'origine de l'infection n'a pas pu être identifié. Si une infection est toujours suspectée, les médecins peuvent, après examen, continuer à utiliser un plan de traitement antimicrobien efficace contre la plupart des causes possibles de l'infection.

Tests de sensibilité

S'il s'avère que le germe responsable de l'infection se développe dans les cultures, un test de sensibilité peut être effectué. Ce test détermine si le germe sera sensible ou résistant à différents antibiotiques. L'équipe de soins utilisera les résultats de ce test pour définir le traitement le plus approprié.

Obtention des résultats

Selon le type de test, il faut compter au moins 24 heures, voire 2-3 jours (ou plus), pour obtenir les résultats.

L'équipe de soins informera la famille des résultats et discutera des options de traitement.