Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Soins après une cystectomie (ablation de la vessie)

Une cystectomie est une opération permettant de retirer la vessie.

Deux groupes de survivants d'un cancer peuvent avoir subi une cystectomie au cours de leur traitement du cancer pédiatrique :

  • Les patients ayant subi une cystectomie dans le cadre de leur traitement contre le cancer. La réussite du traitement du rhabdomyosarcome de la vessie et de la prostate, du sarcome d'Ewing et d'autres sarcomes de la région pelvienne nécessite parfois l'ablation de la vessie.
  • Les patients nécessitant une cystectomie en raison de complications liées au traitement, telles qu'une cystite hémorragique (saignement) ou une fibrose de la vessie (tissu cicatriciel).

Comment l'urine est-elle éliminée après une cystectomie ?

Une fois la vessie retirée, les chirurgiens créent un nouveau passage pour l'urine afin qu'elle soit éliminée. Ce processus est appelé dérivation. Il existe 3 types principaux de dérivation :

  • Dérivation non continente : ce passage est généralement réalisé à travers une boucle d'intestin grêle qui est séparée du reste de l'intestin. Il s'agit d'un conduit iléal ou d'une urostomie. Le conduit iléal est relié à l'extérieur de l'abdomen par une ouverture appelée stomie. À l'intérieur, les uretères se vident dans le conduit. Ils servent de pipeline pour que l'urine s'écoule directement à travers la stomie dans une poche portée à l'extérieur du corps.
  • Dérivation continente cutanée : une poche interne (réservoir) est créée à partir de l'intestin et placée dans l'abdomen devant les reins. Les uretères sont ensuite connectés à cette poche. L'appendice ou un autre petit morceau d'intestin grêle est utilisé pour créer une extension à partir de la poche à travers la paroi abdominale jusqu'à la surface de la peau, souvent autour du nombril. Cette ouverture est appelée « stomie ». Cette conception empêche l'urine de remonter dans les reins (reflux) ou de se répandre sur la peau. L'urine s'accumule dans le réservoir et est éliminée plusieurs fois par jour en insérant un cathéter (tube) dans la stomie.
  • Néovessie orthotopique : cette procédure permet de créer une nouvelle vessie à partir de l'intestin. La « néovessie » est directement reliée à l'urètre. Certaines personnes dotées d'une néovessie sont capables d'uriner naturellement, tandis que d'autres nécessitent un cathéter pour vider la vessie.

Problèmes éventuels après une cystectomie

  • Les survivants ayant un conduit iléal ou une poche iléale peuvent présenter une fuite d'urine autour de la stomie. Cela peut provoquer une irritation de la peau et une infection au niveau du site de la stomie. Du tissu cicatriciel (sténose) peut se former autour des uretères ou du conduit et bloquer le flux d'urine provenant des reins. Un reflux d'urine dans les reins peut se produire. Le reflux augmente le risque d'infection des voies urinaires ou de calculs rénaux.
  • Une incontinence, ou incapacité à contrôler le passage de l'urine, peut se produire après la création d'une néovessie. Les personnes souffrant de ce problème peuvent bénéficier d'une rééducation musculaire pour contrôler efficacement la miction. En cas de fuite d'urine persistante, le test de pression de la néovessie et de l'urètre peut aider à prendre des décisions concernant le traitement.
  • Les interventions chirurgicales de la vessie impliquant des parties de l'intestin grêle provoquent parfois des taux anormaux de produits chimiques et de graisses dans le sang. Ces problèmes peuvent entraîner une diarrhée, des calculs rénaux et/ou des taux faibles de vitamine B12.
  • La cystectomie peut également augmenter le risque de dysfonction sexuelle chez les hommes et les femmes. Des interventions chirurgicales et des médicaments peuvent traiter cette complication.

Soins après une cystectomie

  • Les personnes ayant subi une cystectomie doivent consulter régulièrement un urologue. Une infirmière stomothérapeute (infirmière ST) peut donner des conseils sur les soins de la peau, l'installation de l'appareil et les fournitures. L'infirmière peut également aider à résoudre les problèmes de cathétérisme.
  • Les survivants ayant subi une intervention chirurgicale de la vessie impliquant une partie de l'intestin grêle doivent passer un examen sanguin annuel pour vérifier leur taux de vitamine B12, en commençant 5 ans après l'intervention chirurgicale de la vessie.
  • Les patients doivent appeler leur prestataire lorsqu'ils ont de la fièvre, des douleurs au milieu du dos ou sur le côté, du sang dans l'urine ou une irritation sévère de la peau.
  • Les patients qui effectuent seuls le cathétérisme et qui ont des difficultés à insérer le cathéter doivent demander immédiatement l'aide d'un prestataire de soins médicaux. Cette complication peut signifier que la poche a été endommagée ou qu'elle risque de se rompre si le réservoir ne peut pas être vidé correctement. Cela peut entraîner une infection grave due à une fuite d'urine dans l'abdomen ou le bassin.
  • Les survivants ayant subi une cystectomie doivent contacter immédiatement un prestataire de soins médicaux s'ils ont des vomissements ou des douleurs abdominales. Ces symptômes peuvent indiquer une obstruction intestinale au niveau du tissu cicatriciel.


Révision : juin 2018