Bienvenue dans

Ensemble est une nouvelle ressource qui s'adresse à toute personne touchée par le cancer pédiatrique : patients, parents, membres de la famille et amis.

En savoir plus

Effets gastro-intestinaux tardifs

Certains traitements des cancers pédiatriques peuvent causer ultérieurement des problèmes au niveau du système gastro-intestinal (GI), également appelé système digestif.

Le système GI se compose d'organes qui digèrent ou décomposent les aliments pour en absorber les nutriments et maintenir le bon fonctionnement de l'organisme.

Illustration représentant le corps d'un enfant dans lequel les organes internes sont apparents. Les organes du tractus gastro-intestinal y sont mis en évidence, notamment l'œsophage, le foie, l'estomac, la vésicule biliaire, le pancréas, le gros intestin, l'intestin grêle, l'appendice et le rectum.

Le système GI se compose d'organes qui digèrent ou décomposent les aliments pour en absorber les nutriments et maintenir le bon fonctionnement de l'organisme.

Traitements anticancéreux pouvant causer des problèmes gastro-intestinaux

  • Chirurgie au niveau de l'abdomen ou du bassin
  • Radiothérapie au niveau de l'œsophage, de l'estomac et des intestins

Autres facteurs de risque :

  • Consommation de tabac
  • Antécédents personnels ou familiaux de :
    • Adhérences intestinales (cicatrices)
    • Occlusions intestinales (blocage)
    • Maladies chroniques du greffon contre l'hôte (GVH) du tractus intestinal
    • Cancer colorectal ou œsophagien
    • Calculs biliaires
    • Hépatite chronique

Problèmes gastro-intestinaux susceptibles de se produire

  • Occlusion intestinale (blocage des intestins) : le risque est plus élevé chez les patients ayant reçu une radiothérapie abdominale combinée à une intervention chirurgicale.
  • Sténose œsophagienne (cicatrices et rétrécissement de l'œsophage) : cette pathologie peut provoquer des problèmes de déglutition.
  • Calculs biliaires
  • Fibrose hépatique ou cirrhose (cicatrices au niveau du foie)
  • Diarrhée et douleurs abdominales chroniques
  • Cancer colorectal

Signes et symptômes

  • Reflux acide chronique (brûlures d'estomac)
  • Difficultés ou douleurs lors de la déglutition
  • Nausées ou vomissements chroniques
  • Douleurs abdominales
  • Diarrhée ou constipation chronique
  • Méléna ou présence de sang dans les selles
  • Perte de poids
  • Modification de l'appétit
  • Distension abdominale/sensation de ballonnement
  • Jaunisse (yeux et peau jaunes)

Les survivants présentant ces symptômes doivent consulter leur prestataire de soins. Les symptômes qui surviennent rapidement ou sont sévères (tels que l'apparition soudaine de douleurs abdominales et de vomissements) peuvent indiquer un problème urgent (comme une occlusion intestinale) et nécessiter un avis médical immédiat.

Ce que les survivants peuvent faire

Les survivants doivent prendre des mesures pour prévenir les problèmes digestifs et détecter les problèmes de façon précoce.

Faire évaluer ses risques et surveiller sa santé

  • Renseignez-vous auprès de votre oncologue sur vos risques de développer des effets tardifs.
  • Informez votre principal prestataire de soins des risques auxquels vous êtes exposé. Partagez une copie de votre plan de soins pour les survivants qui récapitule vos traitements.
  • Passez un examen physique annuel qui doit tenir compte de vos antécédents médicaux. Celui-ci peut inclure des examens tels que des radiographies ainsi que des examens sanguins et des tests d'urine.

Si des problèmes sont suspectés, le médecin peut également demander des examens complémentaires comme :

  • une échographie, si le prestataire de soins soupçonne des problèmes de calculs biliaires ou de vésicule biliaire ;
  • une coloscopie pour examiner le côlon ;
  • une endoscopie pour examiner l'œsophage.

Prévention

Les survivants peuvent prévenir les problèmes digestifs en adoptant des habitudes saines :

  • Alimentation équilibrée.
  • Ne pas fumer ni consommer de produits contenant du tabac.
  • Ne pas s'exposer au tabagisme passif.
  • Limiter sa consommation d'alcool. Les grands buveurs, surtout s'ils sont également fumeurs, sont plus exposés aux risques de cancer et problèmes gastro-intestinaux.


Révision : juin 2018